Avorter en Corée

by yonggook

photo 1 (1)

Alors qu’en Europe le thème de l’avortement resurgit dans le débat public, celui-ci n’a jamais vraiment fait l’objet d’un débat national passionné en Corée. Pourtant, et comme partout ailleurs, les femmes y avortent.

Comme cette femme, appelons la Kim, la trentaine et design-graphiste indépendante, dont le chemin croisa celui d’un ami le temps d’une aventure passagère. Ni elle, ni lui n’eut la prévenance de penser à se protéger lors des quelques séances de galipettes qui d’un consentement mutuel, n’avaient pas vocation à se prolonger dans une relation durable. Jusqu’au jour où Kim rappela mon ami pour lui annoncer qu’elle était enceinte de lui.

L’éventualité de garder le foetus fut envisagée, car Kim souhaite un jour être maman, mais dans un pays qui n’accorde pratiquement aucune reconnaissance sociale aux enfants de familles monoparentales, et dont les coûts liés à l’éducation sont les plus élevés au monde, tous deux pensèrent que garder le foetus équivalait à une quasi-condamnation sociale du futur enfant : cette éventualité fut écartée. Restait alors deux options, l’avortement ou l’adoption, et c’est la première solution qui fut décidée.

Pourtant, l’avortement est illégal en Corée, mis à part dans certains cas de maladie génétique grave touchant le foetus, de viol de la mère, ou de complications mettant en danger la vie de cette dernière. La grossesse de Kim ne correspondait à aucun de ces cas de figure, mais ceci ne constitua en rien une dissuasion.

Car en dépit de cette restriction légale, l’avortement est pratiqué couramment en Corée, à en juger la facilité avec laquelle Kim trouva une clinique acceptant de la prendre en charge, et le taux d’avortement publié par le ministère de la santé lui-même : ce taux serait de 15,4 pour mille en 2011, contre 16,9 pour mille en France en 2007. On peut même raisonnablement penser que le taux coréen est sous-évalué dans la mesure où il s’agit d’une estimation issue d’un sondage sur 4000 personnes et que vu le caractère tabou et restrictif de l’avortement ici, il est probable que beaucoup de femmes l’ayant subi, préfèrent s’en cacher.

C’est en tout cas la réflexion que m’inspire l’expérience de Kim, qui une fois sa décision prise, prit rendez-vous le lendemain avec une clinique qui accepta de pratiquer l’intervention le surlendemain.

Les cliniques qui, comme celle qui prit en charge Kim, pratiquent clandestinement l’avortement ne manquent pas. Et les services médicaux coréens étant aujourd’hui réputés au point que le tourisme médical est devenu un secteur d’avenir (ils étaient déjà près de 400 000 touristes en 2013 à venir en Corée pour recevoir un traitement médical, dont une grosse partie pour une opération de chirurgie esthétique), ces avortements clandestins ne sont aucunement pratiqués dans un sous-sol lugubre par un médecin douteux.

Le règlement de cette intervention est par contre bien clandestin : 400 EUR environ, bien entendu non remboursés, payables en espèce et en intégralité au début d’une prise en charge qui durera environ un mois en comptant les consultations post-intervention.

C’est cette manne financière non déclarée qui constitue l’une des principales raisons de la pratique courante de l’avortement en Corée. Parce que finalement, celle-ci résulte de la banale loi de l’offre et de la demande. Du côté de l’offre, l’avortement permet à des cliniques de mettre du beurre dans les épinards. L’Etat aurait pu depuis longtemps fourrer son nez dans ce commerce non déclaré, mais jusqu’au milieu des années 80, il était plus préoccupé par l’explosion démographique du pays, à laquelle l’avortement apportait une solution, que par la chasse aux revenus non déclarés.

Certes les temps ont bien changé, et la Corée a depuis, plus qu’achevé sa transition démographique vu qu’elle est le pays de l’OCDE qui vieillit le plus rapidement. Les campagnes anti-avortement font partie aujourd’hui des mesures prises par le gouvernement pour tenter de faire repartir le taux de natalité du pays, mais timidement, car dans le même temps, il craint la réaction de la corporation médicale, dont la plupart des cliniques, à l’exception notoire de quelques-unes d’entre elles spécialisées en chirurgie esthétique, ne roulent pas sur l’or.

Du côté de la demande, il suffit de se pencher sur le cas de Kim pour constater que l’avortement est avec l’adoption, la seule issue envisageable d’une grossesse survenue en dehors du cadre d’un couple marié, ou sur le point de l’être. Kim est loin d’être un cas isolé : la Corée d’aujourd’hui compte de plus en plus de femmes actives, indépendantes, et célibataires. Un célibat plus subi que choisi, tant il est difficile d’échapper à la pression sociale imposant le mariage, puis des enfants aux hommes et femmes qui approchent de la trentaine.

Mais en Corée plus qu’ailleurs, se marier n’est pas chose aisée, et encore moins pour une femme : il faut d’abord que son fiancé dispose d’un capital de 20 000 euros environ pour financer une cérémonie suffisamment bling bling pour ne pas être la risée de ses pairs. Il faut ensuite obtenir l’accord des parents respectifs, pour qui l’écart d’âge, de diplôme, de milieu social, et parfois même de “goonghap”, c’est à dire l’incompatibilité astrale du couple, peuvent être autant de motifs de veto. Enfin il faut souvent pour la femme, faire une croix sur sa carrière professionnelle, tant gérer simultanément celle-ci et un foyer semble difficile, à moins d’être fortunée.

Kim fait certainement partie de ces nombreuses femmes qui, pour l’une ou plusieurs de ces raisons, restent célibataires la trentaine passée. Et même si ce mode de vie lui est plus imposé que choisi, elle se retrouve finalement à l’image de nombreuses femmes occidentales et urbaines : concentrée sur sa carrière, et indépendante, y compris dans ses relations sentimentales.

Mais si de nombreuses femmes revendiquent aujourd’hui le style de vie moderne de Kim, elles doivent composer avec une société dont les mœurs n’ont pas évolué à la même vitesse. Aujourd’hui encore, les problématiques liées aux pratiques sexuelles des gens sont souvent taboues, étouffées par le dogme des traditions qui impose que les relations sexuelles n’aient lieu que dans le cadre du mariage.

Et sous couvert de puritanisme, l’éducation sexuelle est souvent négligée, les Coréens en étant souvent réduits à s’informer sur des sujets aussi critiques que la contraception ou les maladies sexuellement transmissibles par le bouche à oreille. Voilà qui explique pourquoi par exemple, les enseignants étrangers doivent, à la différence de leurs confrères coréens, passer un test de séropositivité: parce que de nombreux parents d’élèves coréens pensent que le Sida est une maladie d’étrangers homosexuels ou dépravés.

Voilà également pourquoi l’avortement est largement pratiqué, mais peu débattu en Corée, alors même que la communauté chrétienne y est très active : parce qu’il y a peu de monde pour leur faire face. Le camp en faveur de l’avortement est balbutiant. Les femmes qui y sont contraintes s’y soumettent à la manière de Kim : dans le silence, sous le poids d’une société qui les considérerait comme débauchées si elles s’affichaient, et qui donc, préfèrent taire leurs revendications et leurs souffrances avec.

Advertisements