La Gazette de Séoul

Actualités coréennes

한국인들은 미쳤을까 ?

ㅣㅎ

Pour la version française, c’est ici.

2003년부터 2012년까지 엘지 프랑스 지사에서 부장, 지사장으로 일했던 에릭 쉬르데즈는 그의 신간 제목에서 이렇게 주장하고 있다. 『그들은 미쳤다, 한국인들 ! 』(칼만 레비). 한국 경제의 거의 전부를 장악하고 있고, 해외에서도 삼성, 현대, 엘지라는 이름으로 유명한 한국 재벌 사회에서 프랑스인으로서는 처음으로 임원 즉, 재벌 경영진의 일원을 역임한 프랑스인이었던 그의 증언은 귀중하다.

에릭 쉬르데즈의 증언은 그러니까, 더 이상 하향 불가능한 가격의 복제 저가품 말고는 내놓을 능력이 없어, 지난 세기 막바지까지만 해도 경쟁자들의 웃음거리였던 이 다국적 기업들이 어떻게 성공할 수 있었는지를 그 내부에서부터 알아볼 수 있는 흔치 않은 기회다. 오늘 이들은 무서운 경쟁자로 부상했음은 물론, 각자 분야에서 선두를 달리고 있다.

화자는 이제 그의 서사 속으로 우리를 데려간다. 한국의 다국적 기업 한복판에서 그가 보낸 8년을 기술하기에 서사라는 말이 잘 들어 맞을 것 같다. 자기 분야의 프로로 맷집 두둑했던 에릭 쉬르데즈였음에도 그가 우리에게 이야기하는 것은 엘지에서 지사장으로 일하면서 겪었던 충격이 얼마나 만만찮았고, 그 뒤로 따라온 8년이 고생스러웠던가다.

충격은 우선 극심한 긴장과 거의 매 순간 따라다니는 스트레스에서 왔다. 저자는 당근보다는 채찍으로 항상 더 도달하기 어려운 목표를 향해 말을 몰고 가는 그룹의 극단적으로 엄격한 위계 구조에 대해 설명해 준다. 영리 조직이라면 어디에서든 목표에 따른 스트레스는 감수하는 것이 당연하지만, 저자에 따르면 자신이 일했던 엘지 만큼 심한 정도는 보기 드물다는 것이다. 그는 주장한다. “인간은 비난보다는 칭찬 속에서 더 나은 성과를 이끌어낸다는 생각이 한국인들에게는 안중에도 없었다.”

화자는 특히 한국인들의 효율성에 대한 집요한 추구라는 측면에 감탄하는 만큼 두려움도 내비친다. 모든 개별 과업은 면밀하게 분석되고 되도록 더 작은 단위로 나누어질 수 있도록 쪼개진다. 성과 향상을 위해서다. “서양인의 눈에는 거의 이해 불가한 방식이지만, 한국 기업은 무엇이든 면밀하게 순수한 양적 분할 방식을 적용하는 덕분에 주목할 만한 성과를 달성해 낸다.”

이 두 가지 현상이 초래한 인간적 요소 상실이라는 결과는 걱정할 만하다. “왜냐하면 각자가 자신보다 더 위에 있는 누군가가 지시한 목표를 향해 달린다. 그 누군가 역시 자신에게 부과된 성과를 얻어야만 한다. 항상 결정하는 사람과 실행하는 사람이 따로 있다는 일반적 법칙 아래 회사가 굴러간다. 이와 동시에 밑에 있는 사람은 승진할 기회만 보고 있고, 옆자리 동료는 자신보다 더 나은 업무 수행 능력을 보여줄 지도 모른다. 이런 시스템은 기업의 생산성을 높이는 반면, 한 사람의 업무 성과를 판단할 때 영향을 미칠 수 있는 모든 정서적인 측면은 계속해서 무시하게 된다.” 안타까운 장면이다.

갈수록 우리 일상을 파고드는 한국 기업이 늘어나는 환경에서 이 같은 현상을 어떻게 아무 걱정 없이 바라볼 수 있겠는가 ? 글로벌 시장에서 ‘비인간적으로’ 업무를 수행하는 경쟁자를 상대로 어떻게 싸울 수 있을 것인가 ? 게다가 저자에 따르면 정작 한국인들 자신은 한국 기업의 이러한 기능 방식을 불편하게 여기지 않는다. 왜냐하면(저자는 단언한다), 한국인은 “하루 두 번 45분 식사 시간과 5분 흡연 휴식 몇 번이면 컴퓨터 앞에 묶여서 열 두 시간 열 네 시간씩 일해도 절대 괴로워하지 않는다. 그의 존재는 회사에 바쳐진 것이고, 회사가 아니라면 개인적인 자아실현은 어떤 형태로든 생각조차 불가능하다.”

이러한 시스템은 그럼에도 이 책의 저자에게는 업무 동기로 작용한다. 이후 저자는 엘지 그룹 경영진 400명 중 하나로까지 기세 좋게 올라갔지만, 기업의 저성과와 경영진 교체 속에 소외당한다.

이 책은 재벌 기업 문화 속으로의 몰입이라는 흔치 않은 경험을 제공해 주고, 한국 기업의 성공을 더 잘 이해하게 해주는 정보 역시 풍성하다는 점에서 흥미롭다. 그러나 내가 보기에 이 책을 흥미롭게 만들어 준 이 두 가지 요소는 방향을 잘못 잡았다.

저자는 한국 기업 조직의 긍정적 효과 두 가지로 기업가 정신과 업무 효율성을 꼽는다. 그런데 내 눈에는 바로 이 두 가지 요소가 한국 경제의 약점이다.

우선 기업가 정신부터 보자. 기업가 정신은 위험 감수와 혁신하는 문화의 가치를 모르고서는 생겨나지 않는다. 그러므로 한 조직이 자기 내부에서 기업가 정신을 독려하기 위해서는 실패 가능성을 받아들여야만 하고, 목표 과업을 수행하는 동시에 향후, 다시 말하자면 장기적인 관점에서 열매를 맺기 위해 필요한 혁신 과제 역시 염두에 두어야 한다.

그런데 저자가 잘 설명하듯, 재벌 내부의 결정 권한을 갖고 있는 사람들의 자리는 ‘임시직’이라 불릴 만큼 불안정하다. 그들의 시간에도 제한이 있다. 어떤 ‘임원’이 1년 내에 긍정적이고 구체적인 성과를 충분히 생산하지 못하고, 자기 목표도 달성하지 못한다면 회사 문 밖으로 나갈 위험에 처하게 된다. 그러나 기업가 정신에 입각한 프로젝트는 전부가 위험 감수 요소를 지니고 있고, 향후 긍정적으로 발현될 수 있는 영향 역시도 피부로 느껴지기에는 보통 수 년이 걸리기에, 결정권자의 승인을 얻을 가능성은 거의 없다.

한국 기업의 진짜 힘은 업무 효율성보다는 위기 관리 능력에 있다. 위기 관리시 본질적인 세 가지 특성이 한국 대기업 대부분의 DNA속에 들어 있다. 조직에 이견의 여지를 주지 않는 명확한 방향을 제시하며, 사실상 모든 것을 혼자 결정하는 권위적인 사장, 조직의 명령에 전적으로 반응하며 조직이 전속력으로 질주할 수 있도록 하기 위한 규범에 단련되어 있고 헌신적인 개별 부서들, 마지막으로, 결정된 목표를 달성하기 위해서라면 거의 무제한으로 공급되는 자원들이다.

한국 기업들이 기업가 정신에 얼마나 취약하고, 위기 관리에는 얼마나 강한지는 휴대폰 단말기 분야에서 유명한 다른 한국 대기업 삼성전자의 변화 과정을 돌이켜 보면 충분히 알 수 있다. 2007년 애플이 가히 혁명적이었던 아이폰을 들고 휴대폰 분야에 상륙했을 때, 당시 해당 분야 선두 기업들 중 오직 삼성만이 그 여파에 결국 대등할 수 있었고, 가장 무시할 수 없는 경쟁사가 될 수 있었다. 그러나 일단 해당 분야 선두 자리를 차지하고, 위기에서 멀어지자 삼성은 선두 자리를 공고히 다질 수 있을 정도의 혁신적인 제품을 그의 미국 경쟁사가 하는 것처럼 내놓지 못하고 있다.

‘창조경제’에 대한 현 한국 정부의 집착과 ‘스타트업’ 양성소 설립을 돕기 위한 전방위적인 발의만 봐도 알 수 있다. 정치지도자들은 기업과 정신과 혁신 측면의 약점이 국가 경제의 위험 요소라는 것을 인지하고 있다.

저자가 찬양해마지 않는 한국 기업 조직의 업무 효율성도 이론의 여지가 있다. 업무 효율성 측정의 기준으로 노동 생산성을 고려한다면, 한국 노동자는 전혀 효율적으로 일하고 있지 않다. 어쨌거나 프랑스 노동자보다는 훨씬 비효율적으로 일한다. OECD 자료에 따르면 프랑스 노동자의 시간당 생산성은 61달러인데 반해 한국 노동자의 생산성은 28달러에 불과하다.

프랑스인의 연간 평균 노동시간이 1554시간인데 반해, 한국인의 연간 평균 노동시간은 2193시간이라면 놀라지 않을 수 있겠는가 ? 저자가 그려 놓았듯 아침부터 저녁까지, 토요일, 어떤 때는 일요일까지도 일해야만 한다면, 이 끝없는 노동 시간 중 일부가 상사가 퇴근할 때까지 자리를 지키는 일이나, 인터넷 서핑, 아니면 몰래 꾸벅꾸벅 조는 일에 할애될 수 있다는 것도 상상하기 어렵지 않다. 한국의 경제성장은 업무 효율성 덕분이라기보다는 유별난 노력과 헌신의 힘이다.

하지만 이 책을 읽으면서 내가 그토록 짜증이 났던 이유가 단지 이 몇 가지 판단 차이 때문만은 아니다.

제목 탓도 분명 조금은 있었을 것이다. 한국 기업에서의 경험을 가지고 한국인들이 전부 미쳤다고 외치는 것은 지적 능력이 의심되는 속단이다. 그러나 책 한 권의 가치를 일부러 흥미를 자극하기 위해 선택한 제목 하나로 판단하는 것도 그렇게 정당한 일은 아닐 거라 생각한다.

저자가 한국에 대해 생각하는 바를 전체 한국의 맥락에서 주장할 때, 그가 한국 사람들에 대해 느낀 바를 전체 한국 사람들 또는 ‘한국인의 의식’으로 확장해서 주장할 때 문득 내 기억 속에 떠오르는 일이 있었다. 대체 불가능한 콤비로 유명한 장-미셸 라르케와 티에리 롤랑이 해설했던 프랑스 대 한국의 축구 경기였다. 저 유명한 해설자들은 이 경기에서 그들이 한국에 대해 갖고 있던 인식을 여과 없이 드러냈고 (“한국인들은 누가 누군지 구별이 안 가네요. 축구 유니폼을 입고 있으니 더 그래요. 키는 전부 170Cm이고, 전부 검은 머리잖아요. 골키퍼만 빼고요.”) 이것은 경기와 관계 없는 논평이었다는 말들이 많았다.

나로 말하자면, 나야말로 검은 머리에 키는 170Cm이지만, 당시 해설자들의 논평이 적절하지 못했다는 이야기들에 말을 보태지는 않았었다. 내가 잘못 생각하는 것일 수도 있겠지만 축구 경기 맥락에서라면야 이런 논평도 나올 수 있는 거라고 판단했었다. 물론 초등학교에 다니던 무렵 쉬는 시간 운동장에서 “야, 짱개!”라고 나를 향해 외치던 동급생들에 대한 기억도 어렴풋하게나마 다시 떠올랐지만, 티에리 롤랑 식의 저런 논평에까지 민감하게 반응할 정도로 정치적으로 올바른 사회에 산다는 것도 우리가 반드시 열망해야만 할 일은 아니라고 생각했다.

그런데 그렇다면 왜 나는 에릭 쉬르데즈가 내놓은 한국 사람들에 대한 일반화는 조용히 넘기지 못하는가 ? 그건 아마도 이거야말로 축구 경기 맥락이 아니기 때문일 것이다. 이것은 한국 경제와 사회의 몇 가지 기초 원칙을 우리에게 설명해 주는 진지한 내용을 담고 있을 것으로 간주되는 한 권의 책이다.

또한 결국 나는 이 모든 설명들이 무엇을 바탕으로 이루어진 것들인가도 궁금하다. 물론 저자에게는 엘지 그룹에서 직접 쌓은 경험이라는 유일무이함이 한국 재벌의 세계를 우리에게 이해시켜주기 위한 정당성과 충분한 재료가 되었을 것이다. 그러나 한국 재벌 회사들 중 한 곳에서 일하고 있는 한국인들을 이해하는 것으로 모든 한국인들을 이해했다고 볼 수 있을까 ? 이렇게 묻는다면 나올 만한 변호의 소리가 벌써 들리는 것 같다. 그렇다. 한국 국내총생산의 80%를 5대 재벌이 점하고 있다. 그러나 이것은 한 나라의 자원 생산을 몇몇 그룹이 장악하고 있다는 것을 드러내는 수적 가치다. 우리가 인간적 요소에 관심을 갖고, 직업 활동을 하고 있는 남성과 여성의 수를 헤아려 본다면 그 중 단 16.2%만이 한국 30대 재벌 회사에서 일하고 있다는 것을 알 수 있다(한국개발연구원 자료).

더구나 에릭 쉬르데즈 본인도 자신의 책 말미에서 인정하고 있지 않은가. “가장 큰 회사 중 한 곳에서 8년을 보냈고 수십 번 한국을 오갔지만 결국 나는 한국에 대해 거의 아는 것이 없다”고. 엘지에서 일하는 내내 업무와 사방이 차단된 곳에서의 ‘팀 빌딩’ 연수로 녹초가 되었던 그를 비난할 수는 없다.

그러나 얕은 배경 지식을 바탕으로 한국인들의 진실을 규정하는, 이론의 여지가 있는 전개 방식에 대해서는 비난할 것이다. 결국에는 대체 무엇을 바탕으로 이런 주장을 할 수 있다는 말인가 ? 어떻게 “한국 사람들은 (…) 자신들이 일본 사람들이 말하는 무식한 농부가 아니라고, 어떻게든 증명해 내려고 했지만 별 성과는 없었다. »고 단언할 수 있는가 ? 그것이 « 한국 사람들은 누가 누구인지 구별이 안 가네요.” 처럼 거의 무의식적인 상태에서 정당하지 못한 전제로 나오는 말이 아니고서야 무슨 근거로 자신의 제한된 관찰 경험을 한 국가 전체에 확대 적용할 수 있는가 ?

나의 이런 규탄이 내 머리색에서, 나의 이런 반응도 한 줄기 망상에서 비롯된 것인지도 모르겠다. 그렇다고 해도 이 책의 행간에서 암암리에 드러나는 메시지는 해가 될 수 있다는 점이 안타깝다. 이 책을 읽은 어떤 사람들은 한국인들은 « 좀 전부 똑같다 »는 것만 기억하고, 한국인들은 우리보다 덜 인간적이라는 결론까지도 낼 수 있을 것이기 때문이다.

게다가 저자는 자신의 고생스러웠고 결국엔 불행했던 엘지에서의 경험에 힘입어, 한국인들이 마치 언제라도 우리의 일자리를 빼앗을 준비가 되어 있는 획일적인 로봇들처럼 비인간적이고 두려운 존재라는 인식을 부추긴다.

그러나 당연하게도 이런 삶을 좋아하는 한국인들은 없다. 세계보건기구가 조사한 국가별 자살률을 찾아 보는 것만으로도 납득할 수 있을 것이다. 한국이 자살률 상위2위에 자리 잡고 있다. 인생의 황혼기를 허술한 퇴직연금과 간신히 남은 집 한 채에서 맞이하기 위해, 고용주를 위해 평생을 바치며 기진맥진한 아버지 세대의 인생 여정과는 다른 것을 열망하는 젊은 대학 졸업생들이 점점 늘어나고 있다. 저자는 한국 사람들이 인간성을 얼마나 무시하고 있는지, 얼마나 미쳤는지 따지기에 앞서, 엘지에서의 경험에 더해 한국 ‘사람들’에게 관심을 가졌어야 했다.

한국인이라는 정체성

IMG_0947

(La version française est ici)

“너는 한국인이지, 우리처럼 한국인 피가 흐르잖아. » 수많은 한국인들로부터 끊임없이 들어온 말이다. 이 얘기는 많은 프랑스인들이 내게 반복하는 말과 사뭇 대조적이었다. « 그래도 이렇게 바싹 마른 염소젖 치즈를 맛나게 먹어 치우는 걸 보면, 우리처럼 프랑스인이라고 하지 않을 수가 없어.”

이상스럽게도 나는 내 정체성을 두고 나오는 상반되는 이 두 가지 견해 모두 불편하지 않았다. 나는 프랑스 교육 과정을 밟은 것으로 나를 프랑스 국민으로 받아들여주는 프랑스에 감사하게 생각하고 있고, 또 비록 째진 눈을 하고는 있지만 프랑스 떼루아의 매력을 사랑한다. 그리고 인접 강대국들의 침략으로 편할 날 없었던 데다가 지금까지도 어찌할 도리 없는 지정학적 쟁점으로 인해 두 개의 국가로 나뉘어져 살고 있는 한국인들이 그들 자신과 다른 사람들 사이의 경계를 나누는 일에 더 제한적인 방식으로(여기에 제국주의적인 성격은 없다.) 범위를 설정하게 되는 것을 이해한다.

하지만 이제는 한국을 인접 강대국의 제국주의에 좌지우지되는 약소국이라고만 보기 어렵다. 러시아, 중국, 일본, 미국의 이익이 충돌하는 지역에 위치하고 있는 것은 분명하지만, 한국은 아시아 지역에서 번영과 민주주의를 이룩한 흔치 않은 국가 중 하나로 자리매김하고 있다. 1960년대 말까지 개발후진국이었던 한국은 이제는 인접 국가들이 따르고자 하는 모델이 되었다. 아시아 전체가 한국 ‘드라마’에 열광하는 것은 아시아 젊은이들이 열망하는 현대적이면서도 우아한 라이프 스타일을 영위하면서도 아시아라는 배경과 가치를 위반하지 않는 이상적인 이미지를 한국인들이 보여주고 있기 때문이기도 하다. 한국이 아시아에서 잘 팔리는 것은 이런 ‘꿈’의 영향도 조금 있다. 이것은 과거의 제국주의로 여전히 많은 인접국가들의 원성을 사고 있는 섬나라 일본에 비하면 더 큰 성공일지도 모른다.

오늘날 이주노동자 증가 측면에서 기회의 땅이라 하는 것과 반대로, 20세기 말까지만 해도 한국은 자국민을 보낼 수 있는 어디로든 보내던 나라였다. 가난한 사람들은 하와이의 사탕수수밭으로, 젊은이들은 미국 연합군 편에서 베트콩에 맞서 싸우기 위해 베트남으로, 노동자들은 서독의 광산으로, 여기 더해서 고아들은 유럽과 미국의 입양아로 보냈다. 그랬던 나라 한국이 지금은 더 나은 급여로 동남아시아와 중앙아시아의 다국적 노동자들을, 결혼상대자와 더 나은 미래를 찾고 있는 베트남과 캄보디아의 젊은 여성들을 끌어 당기고 있으며 K-Pop이나 새로운 모험, 자국에서는 구할 수 없는 일을 찾아 오는, 실업률이 4%를 넘어가는 일이 흔치 않은 나라에서라면 성공할 수 있을 거라 믿는 선진국 젊은이들의 무리도 가세하고 있다.

그 동안 한국인들이 만들어 온 정체성이라는 개념을 증가 추세에 있는 외국인들에게 매력적으로 다가오는 오늘날의 이 한국이 조금씩 흔들고 있다. 그 규모에 비하면, 서울은 놀랄 만큼 국제적인 면모가 거의 없다시피 하지만 이런 와중에도 민족적 다양성은 어떤 한국인들을 새로운 상황 속에 던져 놓고 당황하게도 만들면서, 여기 저기서 움트고 있다. 그들의 땅 위에 있는 외국인들, 침략자도 아니고 점령군도 아닌 그들, 한국의 부를 강탈하거나 문화를 말살할 의도가 없는 그들, 그들은 이곳에서 평화롭게 살고 싶어할 뿐이다. 그들의 눈에 한국은 매력적이고, 번영한 나라이고, 역동적이기 때문에, 한 마디로 하자면, 살고 싶은 나라이기 때문이다.

이 외국인들을 어떻게 할 것인가 ? 경제 논리는 그들을 받아들이고 싶어한다. 팔 벌려 안을 준비까지 되어 있다. 한국은 OECD 국가 중 최저 출산률을 기록하고 있는데, 향후 안정적인 경제발전을 이루기 위해 외국인의 손이 절실한 상황이다. 그러나 이 전망은 걱정스럽다. 한국 사회에 외국인 유입은 문화적으로 절충이 난망한 외국인들이 기득권을 획득하면 할수록, 한국 고유의 문화와 가치를 위기에 빠뜨리는 위험 요소로서 작용하지는 않을까?

한국에서는 너무나 자주 일어나는 일이 있는데, 미디어들이 어떤 주제를 책임 있는 방식으로 다루기보다는 공포라는 불을 불러 일으키는 것이다. 한국 최대 일간지 조선일보가 외국인 불법체류자에 의한 범죄 양상을 ‘시한 폭탄’이라 제목 붙인 한국어 기사(2016년 1월 15일자)에서 보여준 불안도 이런 형태다. 기사는 단도직입적이다. 잘 추려진 뒷얘기들로 시작되는 이 기사는 한국인의 여자들을 데려가기 위해 온 외국인 남성이라는 가장 부족적인 공포를 야기하는 소문을 퍼뜨린다. 평판에 해가 되는 사진들로 한국인 여성을 협박하는 우즈베키스탄 남성, 또 다른 한국인 여성을 납치하고 폭행한 베트남 남성이 소문의 주인공이다. 이 두 범죄자는 물론 불법체류자인 관계로, 기자는 능숙한 솜씨로 불법이민자와 범죄의 상관관계에 대한 논거를 관련 수치를 가져와 마무리짓는다. 2008년과 2012년 사이 외국인 범죄자 수는 2만623명에서 2만6,663명으로 증가한 것으로 추정된다.

이 수치는 정확한 것일지도 모른다. 그러나 절대적으로 아무것도 증명하지 못한다. 우선 이 수치는 외국인 불법체류자 수만이 아닌, 외국인 전체 이민자 수를 가리키고 있다. 기자 자신도 대부분의 범죄자가 불법체류자일 것이라는 경찰청의 단순한 추정 뒤에 숨어 자신의 논거를 진행시켜 가는 와중에 이 점을 말없이 인정하고 있다. 또한 이렇게 폭넓은 규모로 나타나는 현상에서 틀림없는 견해를 가져오려면, 불법체류자의 범죄 발생 증가 추세를 한국 인구 전체의 범죄 발생 증가율과 함께 비교해야만 할 것이다. 한국 경찰청은 단기 기억에 약해 보이는데, 2012년 헤럴드 경제 기사에 따르면, 같은 경찰청에서 2010년 당시 범죄와 이민 인구 관련 조사에서 발간되어 나온 추정이 아닌 실제 수치가 나온다. 외국인 합법 체류자 인구 전체 중 범죄자 비율이 1.88%에 머무른 것에 반해, 한국 인구 전체 대비 한국인 범죄자 비율은 3.58%였다. 또한 외국인 불법 체류자 인구 전체 대비 외국인 불법 체류자 범죄자 빌율은 1.13%에 불과했다.

연약한 한국인 여성의 관점을 다시 가져와서 요약해보자. 저녁 늦은 시간 인적 없는 거리에서 모르는 사람과 맞닥뜨리는 상황에 처한 한국인 여성이 범죄에 희생될 확률은 그 낯선 사람이 외국인일 때보다는 한국인일 때 두 배 증가할 것이다. 그렇다면 조선일보에서 걱정하던 그 ‘시한폭탄’은 (외부 세계로 나아가며 섞이고, 또 섞이는 와중에 정체성의 기초로서 작용했던 ‘순수한 혈통’이라는 것으로부터 멀어지게 된 민족이라는 현상에 동요한 사람들의 비이성적인 환상 속이 아니라면) 어디 있는 것일까?

그러나 이 순수 혈통이라는 권리에 대한 재검토가 현재 한국에 살고 있는 불법체류자들의 이역만리 떨어진 본국으로부터 파생된 것은 아니다. 그 계기는 사실 서울 북쪽에서 멀어야 80Km 떨어진 또 다른 한국, 그 곳에서부터는 북한이 시작되는 휴전선으로부터 나왔다.

이론적으로 보자면, 이 세상 어느 다른 민족도 북한 사람들 만큼 한국 사람들과 같은 ‘피’로 이어져 있지는 않을 것이다. 한국인들이 그토록 말하기 좋아하는 오천 년 넘는 유구한 공동의 역사로 화합한 두 국경을 마주한 한국인들은 같은 민족적 기원, 같은 언어, 같은 음식, 술과 노래를 즐기는 같은 취향과 같은 정서를 공유하고 있다. 그러나 아산 정책 연구원의 조사에 응한 20-29세 일단의 한국인들에 따르면, 그들 중 단지 5.4%만이 북한 사람들을 그들과 같은 혈통이라 생각하고 있다. 응답한 사람들 중 대다수는 중국인이나 미국인들을 그들의 형제 북한 사람들보다도 더 가깝게 느낀다고 한 것과 대비된다. 그러니까 한국인들이 그들의 정체성에 대해 자문할 때, 마음 속에서 피가 사라지는 것은 두 세대면 족하다는 것이다.

오늘날 한국인이라는 것은 무엇인가 ? 한국의 연장자들과 북한 사람들 전체가 생각하듯, 수천년 동안 한반도에서 단일한 민족의 구성원으로서 살면서 남한과 북한의 정치적 국경을 초월하는 것을 뜻하는 것일까 ? 아니면, 여기 점점 더 많은 젊은이들이 생각하듯, 국경은 휴전선에서 멈추며, 경제 개발이라는 경주, 민주주의를 위한 투쟁, 평화와 번영에 대한 열망이라는 자신만의 정체성으로 65년 만에 이루어진 남한이라는 정체성이 우선일까?

남북의 통일 가능성은 당연하게도 이 질문에 대한 한국인들에 대답에 달려 있을 것이다.

내가 샤를리다

07844089-photo-je-suis-charlie

중학교에 올라갈 때까지 내 어린 시절을 매혹시켰던 어린이 TV 프로그램 ‘레크레 아되(Récré A2)’를 기억한다. 프로그램 사회자 도로테는 꿈꾸는 듯한 얼굴에 바가지 머리와 존 레논 스타일의 안경이 인상적인 카뷔(Cabu)라는 만화가와 함께였다. 카뷔가 그때그때의 분위기에 따라, 카메라가 돌아가는 앞에서 생방송으로 그려내던 도로테와 초대손님들의 만화는 나를 포함한 어린 시청자들에게 커다란 즐거움을 안겨 주곤 했다.

중학교 3학년 때의 프랑스어 수업을 기억한다. 17세기 프랑스는 국민들로부터 가장 기본적인 권리와 자유를 박탈함으로써 절대군주제를 대표하게 되었다. 라퐁텐느와 몰리에르는 그때 이미 표현의 자유를 위한 자리를 마련했다. 이들은 우화와 희곡에서 권력자들의 권력 남용을 조롱했으며, 조롱의 대상이 되었던 권력자들조차 그들의 작품을 지지했다. 권력자들에 맞서는 우화라는 무기가 가진 해학, 대중적인 열광을 불러 일으키는 솜씨에 맞서 할 수 있는 일이란 받아들이는 것 외에는 아무것도 없었기 때문이다.

샤를리 에브도의 새로운 호(號)를 파리 신문 가판대에서 매주 만났던 것을 기억한다. 내가 기억하는 한, 내가 시사문제에 관심을 갖기 시작한 뒤로는, 매주 발간이었다. 시사 현안과 당대의 관심사에 따라 주제가 달라졌지만, 모든 기사에는 라퐁텐느와 몰리에르의 작품과 함께 묶어도 될 만한 공통점이 있었다. 강자에 대한 조롱이었다. 기사로써 조롱을 완성하는 사람들도 있었지만 샤를리 에브도는 재능 있는 작가들의 만평에 우선권을 주는 편이었다. 그 작가들 중 하나가 내 어린 시절을 매혹시켰던 만화가 카뷔다.

비지니스 스쿨의 학생이 되어 프랑스 미디어에 대한 조사를 하던 중, 샤를리 에브도가 매체의 독립성과, 상대가 누구든 무례하고, 강경하며, 불손할 수 있는 역량을 잃지 않기 위해 광고의 지원을 받지 않는 흔치 않은 프랑스 미디어 중 하나였음을 알게 된 것을 기억한다.

2006년 샤를리 에브도가 예언자 무함마드를 묘사한 덴마크 일간지의 만화를 재수록했던 것도 기억한다. 이슬람 신자들에게 불손한 행위였다. 이슬람교는 프랑스에서 두 번째로 많은 신자를 갖고 있다.

친구들과의 격렬한 논쟁, 이 같은 내용의 만화가 발표되는 것에 대해 의심을 품었던 것을 기억한다. 강자들을 조롱하기 위한 도발은 그렇다 쳐도, 종교의 자유를 보장한다는 프랑스에서 신앙 생활을 열심히 했다는 이유만으로 수백만의 사람들이 상처를 입는다면, 샤를리 에브도의 편집 방향이 정당하다고 할 수 있을 것인가를 나는 확신할 수 없었다.

만화 발표 이후, 이슬람 과격파들의 협박이 뒤따랐고, 마치 도발에 대한 보복처럼 샤를리 에브도 건물을 전소시킨 방화 사건이 일어났던 것을 기억한다. 프랑스 언론, 정치, 대다수 국민의 연대로 샤를리 에브도는 파리 11구로 건물을 이전할 수 있었다. 내가 살던 곳에서 10분 거리였다.

용납할 수 없는 테러 사건 이후, 샤를리 에브도를 움직여 왔던 동기가 무었인지 더 확연하게 보였다. 샤를리 에브도는 그저 사람들 입에 오르내리기 위해서 수많은 사람들에게 상처를 주며, 도발하는 기사를 내는 것이 아니었다. 샤를리는 나를 포함한 다른 많은 사람들보다 먼저 느꼈던 것, 위협받고 있다고 느꼈던 것을 방어하고 있었다. 샤를리가 방어했던 것은 표현의 자유다.

보복당할 두려움 없이, 우리가 가진 권리 내에서, 우리가 생각하는 것을 말할 수 없다면, 표현의 자유가 다 무엇이란 말인가? 몇몇 이슬람 신자들을 자극한다는 위험을 야기하는 것과 이슬람 과격파들의 보복에 대한 두려움으로 침묵하는 것 사이에서 샤를리 에브도는 우리에게 무엇을 선택해야만 하는지 보여주었다. 위협에 굴하지 않고, 보복을 당하거나, 몇몇 사람들을 자극하게 되는 것과 관계 없이, 말하고, 표현하고, 우리가 생각하는 것과 진실을 이야기하는 것이다.

이것은 모든 민주주의의 근본적인 원칙을 위해 샤를리 에브도가 구현해 낸 헌신이고 희생이다. 편집장 샤르브 (Charb)는 2012년에 이루어진 한 인터뷰에서 설명했다. ‘저는 아이도 없고 부인도 없습니다. 자동차도 없고, 대출도 없어요. 이렇게 말씀드리면 잘난 척한다고 하실 지도 모르지만, 저는 무릎을 꿇고 사느니 서서 죽겠습니다.’ 만화를 그렸던 카뷔는 어떤 질문지에서 이런 대답을 했었다. ‘저는 낙천적인 사람입니다. 하지만 매일 죽음을 생각합니다.’

이것이 2015년 1월 7일 11시 30분에 이슬람 과격파 테러리스트들이 샤를리 에브도의 회의실에 침입했을 때 벌어진 일이다. 회의실에서는 주간 편집 위원회로 모든 기자들이 모여 있었다. 샤르브, 카뷔, 다른 기자 8명과 경찰 2명이 서서 죽었다. 이슬람 과격 파들에 의해 살해된 것이다.

IMG_0212

이렇게도 많은 프랑스인들이 샤를리 에브도에 대한 지지를 보여 주기 위해 거리로 나온 것은 허망하게 날아가 버린 귀중한 생명에 더하여 이 사건이 프랑스가 가진 가치의 기초가 걸려 있는 문제라는 인식이 있기 때문이다. 프랑스인들은 ‘내가 샤를리’라고 외치고 있다. 테러리스트들이 샤를리 에브도를 공격함으로써, 프랑스의 근본 가치에 도전하고 있기 때문이다.

이 가치는 프랑스에만 국한되지 않는다. 한국 역시 언론의 자유를 위해 싸웠고, 싸우고 있다. 몇몇 프랑스인의 희생이 한국에서 언론의 자유를 수호하기 위한 동기가 되어 주기를 바란다. 입 다물고 말지라는 유혹이 다가올 때마다, 보복에 대한 두려움이 침묵을 부추길 때마다, 표현의 자유를 위한 샤를리 에브도의 용기와 고집에 대한 기억으로부터 시사점을 찾을 수 있게 되기를 바란다. 또 한국에서도 이 참여의 외침이 울려 퍼질 수 있기를 바란다. ‘내가 샤를리다 !’

Mourir plutôt qu’être un poids pour les autres

2014030100184_2

Le destin de la famille de Mme Park, retrouvée morte avec ses deux filles dans leur domicile, est une lente descente aux enfers qui ne peut laisser aucun Coréen indifférent parce qu’il met en exergue l’agonie silencieuse de ceux qui n’ont pas pu profiter du miracle économique coréen, et parce qu’il est révélateur du niveau de violence sociale dans lequel tous évoluent aujourd’hui, et dont peu se sentent totalement à l’abris.

Du père de cette famille on ne sait pas grand chose, à part qu’il était entrepreneur et qu’il succomba à un cancer en 2002, laissant derrière lui une femme et deux filles. Celui-ci laissait également des dettes, dont on ne sait très bien si elles étaient dues aux frais d’hôpital ou à ses affaires, mais dont on imagine le rôle dans la détérioration brutale de la situation économique d’une famille dont la principale source de revenu était… feu le père.

C’est pourquoi en 2005, Mme Park, alors âgée de 52 ans, et ses deux filles de 25 et 22 ans, durent se résoudre à quitter leur demeure familiale et emménager dans l’entresol exigu d’une maison individuelle, dont on peut supposer que le principal avantage résidait dans son loyer abordable: 260€ mensuels.

A ce loyer qui constituait la principale dépense mensuelle de la famille, s’ajoutaient les charges locatives d’environ 100€. Pour le reste, une liste des dépenses du mois de février 2006 retrouvée sur un calepin donne une idée du train de vie a minima de la mère et ses deux filles : la plus grande dépense courante d’un montant de 18 €, concernait de la nourriture pour chat, et l’on se doute qu’aucune dépense n’aura été oubliée sur cette liste où même les achats les plus insignifiants tels qu’une glace (0,35 €), du soja (0,50€), ou encore une canette de soda (0,50€) étaient scrupuleusement notés.

Pourtant il en aurait fallu bien d’autres de dépenses. Notamment pour soigner la fille aînée, atteinte de diabète aigu et d’hypertension au point d’être dans l’incapacité d’exercer toute activité professionnelle. Car nous sommes en Corée du Sud, pays qui de ceux de l’OCDE, dépense le moins en matière de sécurité sociale, et qui laisse l’immense majorité de ses citoyens sans couverture maladie : libre à eux d’opter pour une mutuelle privée, ou à défaut, de puiser dans leurs économies le jour où la maladie frappe, comme ce fut le cas par deux fois pour la famille de Mme Park.

Après le décès de son mari c’est logiquement sur elle que reposa la lourde tâche de subvenir aux besoins du foyer. Tâche à laquelle elle s’attela avec acharnement comme serveuse dans un restaurant de Seoul pour un salaire mensuel de 815€ : maigre somme pourtant suffisante pour permettre à la famille de vivoter.

Jusqu’à ce jour de la fin du mois de janvier dernier, où la mère tomba dans la rue, et se fractura le bras droit, se trouvant ainsi dans l’impossibilité de continuer son travail de serveuse. Un malheur n’arrivant jamais seul, le loyer de leur domicile était passé de 260 à 340€ au début de cette année.

On imagine que les semaines qui suivirent furent consacrées à tenter de trouver une solution à l’impasse financière dans laquelle se trouvait plongée cette famille : un crédit à la consommation ? Ce recours avait déjà été excessivement utilisé et les deux filles étaient déjà fichées dans les listings de consommateurs non solvables. Une demande d’aide aux proches? Cela aurait été la pire des humiliations pour une famille qui n’a plus rien d’autre que sa fierté. La fierté du pauvre en Corée, c’est de vivre sans être un fardeau, un embarras (폐, “Pae”) pour les autres. Ce fut le cas pour Mme Park, dont le petit frère devinant la misère de sa soeur, vint un jour lui donner du riz, et se vit presque réprimander de gaspiller ses ressources ainsi, alors qu’il avait lui aussi des bouches à nourrir.

Bénéficier des quelques aides de l’Etat aurait été une possibilité. Certaines aides existent et Mme Park aurait probablement pu y prétendre. Mais se renseigner, puis établir les démarches administratives adéquates n’étaient sûrement pas dans les capacités de Mme Park. Et d’ailleurs, bénéficier de ce types d’aide ne revient-il pas à devenir un fardeau pour la société toute entière?

Une société dont le succès économique fulgurant de ces dernières décennies est fondé notamment sur la croyance que chacun a ce qu’il mérite, que le système coréen sait récompenser ceux qui mettent tout en oeuvre pour y arriver. De telles valeurs furent essentielles pour mettre tout un pays au travail, sans compter ses heures ni son salaire et ainsi, sortir de la pauvreté. Mais leur corollaire est effrayant, car si les riches le sont parce qu’ils l’ont mérité, alors les pauvres aussi n’ont que ce qu’ils méritent, ou du moins ne devraient s’en prendre qu’à eux-mêmes.

Plutôt disparaître silencieusement donc, que d’être un poids pour les autres. Le dernier achat de Mme Park fut trois briquettes de charbon (2€) qu’elle alluma dans sa chambre calfeutrée avant de se coucher aux côtés de ses deux filles. Elles furent retrouvées le 26 février dernier, décédée par intoxication au monoxyde de carbone.

PYH2014022712310001300_P2

Le dernier message de Park avant de disparaître fut à la seule personne qu’elle pensait mettre dans l’embarras par son geste : sa propriétaire, dont le contrat de location s’arrêtait brusquement. Sur une enveloppe contenant les 475€ des loyer et charges du mois de février, elle écrivit : “A l’attention de Mme la propriétaire…  Je suis désolée mais ceci sera mon dernier loyer. Je suis vraiment désolée.”

In Kim Yuna We Trust

Capture d’écran 2014-02-21 à 18.40.34

Kim Yuna, est sans aucun conteste la reine de Corée. Jamais personnalité n’aura été autant adulée, soutenue, louée, encouragée et s’il le faut, consolée, que cette frêle patineuse artistique de 23 ans.

Pour s’en rendre compte, il suffit de voir comment la Présidence de la République de Corée, pays où toute autre place que la première est symbole d’échec plus que de réussite, a choisi de rendre hommage sur son compte Twitter, à la contre-performance de celle qui était championne olympique en titre depuis Vancouver en 2010, mais qui n’a pu monter que sur la 2ème marche du podium de Sotchi cette année:

En accompagnement de cette magnifique fresque de la gracieuse Kim Yuna, la Présidence offre “ses sincères félicitations et applaudissements à Kim Yuna, pour sa belle performance qui a fait battre le coeur de tant de gens.

Il faut dire que Kim Yuna accumule les qualités dont raffolent les Sud-coréens : elle offre en 2010 à une Corée en mal de reconnaissance mondiale, sa première médaille d’or dans l’une des disciplines reines des Jeux olympiques d’hiver, alors qu’avant elle, le pays devait ses classements flatteurs dans le tableau des médailles au short-track, discipline relativement peu connue du grand public ; elle sort pratiquement toujours victorieuse de sa grande rivale japonaise Asada Mao et soulage les rancoeurs d’une Corée autrefois victime, mais qui au travers des victoires de Yuna, se voit aujourd’hui victorieuse de son puissant voisin japonais ; enfin, elle montre une maturité impressionnante et un comportement exemplaire pour son âge, face à un succès immense qui fait d’elle l’idole absolue de tout un peuple.

Je suis moi-même admiratif des performances de Kim Yuna, surtout de sa capacité de résistance à la pression inimaginable que constituent les attentes de 50 millions de Coréens, dont les regards anxieux se fixent sur sa frêle silhouette à chaque fois qu’elle entre en piste. Mais je suis également intrigué par l’adulation sans borne qu’elle suscite ; par le soutien fervent et inconditionnel qu’elle reçoit de chaque Coréen sans qu’un seul ne manque à l’appel.

Ne vous risquez pas, comme je l’ai fait il y a quelques jours lors d’un dîner sous le coup de l’agacement face au matraquage publicitaire et médiatique autour de Kim Yuna auquel les habitants de Corée sont soumis, à émettre la moindre critique à son égard. Mon tort fut de suggérer que la perte éventuelle de son titre aux JO aurait au moins l’avantage de voir un peu autre chose que sa tête en une des journaux et des affiches publicitaires. Le réaction choquée de mes convives ainsi que le regard hostile des quelques voisins de table ayant l’oreille baladeuse suffirent à ce que je réalise le caractère profondément blasphématoire de mes propos.

S’il semble donc impossible de trouver un seul Sud-coréen hostile, voire même insensible au succès de Yuna c’est parce qu’au delà de la fierté nationale qu’elle suscite, son parcours est un modèle de réussite dépassant tous les clivages sociaux et ne laissant personne indifférent ici.

Pour les Coréens de la masse, le parcours de Kim Yuna représente l’espoir qu’il est possible de réussir avec pour seuls atouts leurs talents, leurs volontés et la sueur de leurs fronts, sans soutien de puissants, ni privilège ou favoritisme particulier. C’est en effet, un peu le résumé du parcours de Kim Yuna qui à ses débuts devait composer avec des instances sportives coréennes indifférentes au patinage artistique, discipline jugée non prioritaire car peu susceptible de remporter des médailles olympiques. C’est donc uniquement à son talent, son courage, son abnégation et à l’obstination des siens que Yuna doit son succès.

Et c’est ce parcours solitaire et triomphant qui résonne particulièrement au sein d’une société coréenne impitoyable envers les millions de Coréens sans diplôme prestigieux, sans patrimoine significatif, ni soutien familial particulier et qui donc, ne peuvent compter que sur leurs propres forces. Pour cette majorité de Coréens qui luttent au quotidien sans filet de sécurité, dans un environnement ultra-concurrentiel, Kim Yuna apparaît un peu comme l’une des leurs, un modèle auquel ils peuvent prétendre, un espoir d’ascension même permis pour les moins privilégiés d’une société pourtant impitoyable envers les faibles.

Mais les privilégiés ne sont pas non plus en reste pour louer Kim Yuna. Parce que son parcours constitue un argument de poids face à ceux qui voudraient réformer la société coréenne et remettre en cause leurs privilèges en faveur des plus faibles. Surtout pas, peuvent-ils rétorquer. Car la trajectoire de Yuna, partie de rien et ne comptant que sur ses forces et sa volonté pour parvenir au sommet, est la preuve même que le système coréen permet à quiconque de réussir, même en partant de très bas, à force de courage et de volonté. Ca n’est certainement pas en rejetant la faute de ses échecs sur le dos des autres mais en ne s’en prenant qu’à elle-même que Yuna a dû parvenir au sommet, peuvent-ils asséner.

Voilà comment Kim Yuna emporte l’adhésion fervente et unanime de tout un peuple. Bien sûr elle fait la fierté de ses concitoyens en symbolisant une Corée jeune, belle et victorieuse. Mais son parcours porte une signification plus profonde que l’ascension fulgurante et éphémère de Psy sur YouTube. Parce que ce parcours répond aux aspirations intimes de chacun, porteur d’espoir pour les uns et preuve incontestable d’un système économique et social auquel ils adhèrent pour les autres.

Avorter en Corée

photo 1 (1)

Alors qu’en Europe le thème de l’avortement resurgit dans le débat public, celui-ci n’a jamais vraiment fait l’objet d’un débat national passionné en Corée. Pourtant, et comme partout ailleurs, les femmes y avortent.

Comme cette femme, appelons la Kim, la trentaine et design-graphiste indépendante, dont le chemin croisa celui d’un ami le temps d’une aventure passagère. Ni elle, ni lui n’eut la prévenance de penser à se protéger lors des quelques séances de galipettes qui d’un consentement mutuel, n’avaient pas vocation à se prolonger dans une relation durable. Jusqu’au jour où Kim rappela mon ami pour lui annoncer qu’elle était enceinte de lui.

L’éventualité de garder le foetus fut envisagée, car Kim souhaite un jour être maman, mais dans un pays qui n’accorde pratiquement aucune reconnaissance sociale aux enfants de familles monoparentales, et dont les coûts liés à l’éducation sont les plus élevés au monde, tous deux pensèrent que garder le foetus équivalait à une quasi-condamnation sociale du futur enfant : cette éventualité fut écartée. Restait alors deux options, l’avortement ou l’adoption, et c’est la première solution qui fut décidée.

Pourtant, l’avortement est illégal en Corée, mis à part dans certains cas de maladie génétique grave touchant le foetus, de viol de la mère, ou de complications mettant en danger la vie de cette dernière. La grossesse de Kim ne correspondait à aucun de ces cas de figure, mais ceci ne constitua en rien une dissuasion.

Car en dépit de cette restriction légale, l’avortement est pratiqué couramment en Corée, à en juger la facilité avec laquelle Kim trouva une clinique acceptant de la prendre en charge, et le taux d’avortement publié par le ministère de la santé lui-même : ce taux serait de 15,4 pour mille en 2011, contre 16,9 pour mille en France en 2007. On peut même raisonnablement penser que le taux coréen est sous-évalué dans la mesure où il s’agit d’une estimation issue d’un sondage sur 4000 personnes et que vu le caractère tabou et restrictif de l’avortement ici, il est probable que beaucoup de femmes l’ayant subi, préfèrent s’en cacher.

C’est en tout cas la réflexion que m’inspire l’expérience de Kim, qui une fois sa décision prise, prit rendez-vous le lendemain avec une clinique qui accepta de pratiquer l’intervention le surlendemain.

Les cliniques qui, comme celle qui prit en charge Kim, pratiquent clandestinement l’avortement ne manquent pas. Et les services médicaux coréens étant aujourd’hui réputés au point que le tourisme médical est devenu un secteur d’avenir (ils étaient déjà près de 400 000 touristes en 2013 à venir en Corée pour recevoir un traitement médical, dont une grosse partie pour une opération de chirurgie esthétique), ces avortements clandestins ne sont aucunement pratiqués dans un sous-sol lugubre par un médecin douteux.

Le règlement de cette intervention est par contre bien clandestin : 400 EUR environ, bien entendu non remboursés, payables en espèce et en intégralité au début d’une prise en charge qui durera environ un mois en comptant les consultations post-intervention.

C’est cette manne financière non déclarée qui constitue l’une des principales raisons de la pratique courante de l’avortement en Corée. Parce que finalement, celle-ci résulte de la banale loi de l’offre et de la demande. Du côté de l’offre, l’avortement permet à des cliniques de mettre du beurre dans les épinards. L’Etat aurait pu depuis longtemps fourrer son nez dans ce commerce non déclaré, mais jusqu’au milieu des années 80, il était plus préoccupé par l’explosion démographique du pays, à laquelle l’avortement apportait une solution, que par la chasse aux revenus non déclarés.

Certes les temps ont bien changé, et la Corée a depuis, plus qu’achevé sa transition démographique vu qu’elle est le pays de l’OCDE qui vieillit le plus rapidement. Les campagnes anti-avortement font partie aujourd’hui des mesures prises par le gouvernement pour tenter de faire repartir le taux de natalité du pays, mais timidement, car dans le même temps, il craint la réaction de la corporation médicale, dont la plupart des cliniques, à l’exception notoire de quelques-unes d’entre elles spécialisées en chirurgie esthétique, ne roulent pas sur l’or.

Du côté de la demande, il suffit de se pencher sur le cas de Kim pour constater que l’avortement est avec l’adoption, la seule issue envisageable d’une grossesse survenue en dehors du cadre d’un couple marié, ou sur le point de l’être. Kim est loin d’être un cas isolé : la Corée d’aujourd’hui compte de plus en plus de femmes actives, indépendantes, et célibataires. Un célibat plus subi que choisi, tant il est difficile d’échapper à la pression sociale imposant le mariage, puis des enfants aux hommes et femmes qui approchent de la trentaine.

Mais en Corée plus qu’ailleurs, se marier n’est pas chose aisée, et encore moins pour une femme : il faut d’abord que son fiancé dispose d’un capital de 20 000 euros environ pour financer une cérémonie suffisamment bling bling pour ne pas être la risée de ses pairs. Il faut ensuite obtenir l’accord des parents respectifs, pour qui l’écart d’âge, de diplôme, de milieu social, et parfois même de “goonghap”, c’est à dire l’incompatibilité astrale du couple, peuvent être autant de motifs de veto. Enfin il faut souvent pour la femme, faire une croix sur sa carrière professionnelle, tant gérer simultanément celle-ci et un foyer semble difficile, à moins d’être fortunée.

Kim fait certainement partie de ces nombreuses femmes qui, pour l’une ou plusieurs de ces raisons, restent célibataires la trentaine passée. Et même si ce mode de vie lui est plus imposé que choisi, elle se retrouve finalement à l’image de nombreuses femmes occidentales et urbaines : concentrée sur sa carrière, et indépendante, y compris dans ses relations sentimentales.

Mais si de nombreuses femmes revendiquent aujourd’hui le style de vie moderne de Kim, elles doivent composer avec une société dont les mœurs n’ont pas évolué à la même vitesse. Aujourd’hui encore, les problématiques liées aux pratiques sexuelles des gens sont souvent taboues, étouffées par le dogme des traditions qui impose que les relations sexuelles n’aient lieu que dans le cadre du mariage.

Et sous couvert de puritanisme, l’éducation sexuelle est souvent négligée, les Coréens en étant souvent réduits à s’informer sur des sujets aussi critiques que la contraception ou les maladies sexuellement transmissibles par le bouche à oreille. Voilà qui explique pourquoi par exemple, les enseignants étrangers doivent, à la différence de leurs confrères coréens, passer un test de séropositivité: parce que de nombreux parents d’élèves coréens pensent que le Sida est une maladie d’étrangers homosexuels ou dépravés.

Voilà également pourquoi l’avortement est largement pratiqué, mais peu débattu en Corée, alors même que la communauté chrétienne y est très active : parce qu’il y a peu de monde pour leur faire face. Le camp en faveur de l’avortement est balbutiant. Les femmes qui y sont contraintes s’y soumettent à la manière de Kim : dans le silence, sous le poids d’une société qui les considérerait comme débauchées si elles s’affichaient, et qui donc, préfèrent taire leurs revendications et leurs souffrances avec.

Grève et mouvement des indignés coréens

photo (6)

Jeon Tae-il est une icône de la lutte syndicale en Corée du Sud. Né juste après l’occupation japonaise en 1948 d’une famille pauvre comme l’immense majorité de ses compatriotes à cette époque, Jeon n’eut d’autre choix que d’abandonner ses études très tôt pour rejoindre les ateliers clandestins de textile, jonchant le quartier de Dongdaemun du Séoul des années 60. Mais curieux et avide de culture, Jeon continua à lire pour s’éduquer et très vite, ne put rester indifférent au sort de ses compagnons de travail : la plupart des femmes adolescentes, voire pré-adolescentes, travaillant 15 heures par jour week-end compris dans des conditions d’insalubrité révoltantes, et gavées aux amphétamines pour certaines afin de travailler jusqu’à leurs derniers souffles avant de mourir parfois prématurément de tuberculose.

Jeon consacra toute son énergie à trouver les moyens de remédier aux conditions de travail épouvantables dont lui-même et ses collègues étaient les victimes. Il tenta de former un syndicat ; il alerta également les médias afin de sensibiliser l’opinion publique à l’exploitation de cette main d’oeuvre vulnérable, mais en vain : la bienveillance des pouvoirs publics, davantage concernés par la croissance économique à marche forcée qu’au respect du droit du travail, penchera en faveur des patrons de ces ateliers de textiles. En 1970, à 22 ans, Jeon Tae-il s’immole par le feu dans un geste ultime d’interpellation de l’opinion publique sur le sort des ouvriers sud-coréens. Il décédera quelques heures plus tard.

Si le sacrifice de Jeon n’a pas provoqué d’avancée sociale instantanée, il aura fait émerger une conscience syndicale coréenne, et de manière plus large, il aura inspiré les luttes pour le progrès social et la démocratie qui ont émaillé l’histoire contemporaine de la Corée. Parce qu’il était jeune, ouvrier et éduqué, Jeon fut un modèle pour les leaders syndicaux qui émergèrent par la suite, mais également pour les étudiants militants pour la démocratie, dont certains n’hésitèrent pas à mettre entre parenthèse, voire à abandonner complètement leurs études universitaires tant convoitées, pour trouver un emploi d’ouvrier dans les usines, éduquer leurs collègues tels Jeon en son temps, et ainsi aider à l’émergence d’un mouvement syndical structuré.

Et c’est certainement parce qu’au milieu des années 80 et à l’approche des Jeux Olympiques de Séoul, le général Chun Doo-hwan avait en face de lui un front uni de contestataires allant des ouvriers, bras armé d’un capitalisme coréen vrombissant, aux étudiants, fers de lance des mouvements démocratiques, qu’il dut céder aux aspirations populaires de libertés et de progrès social qui font qu’aujourd’hui, la Corée du Sud est l’une des rares démocraties établie d’Asie.

Etablie certes, mais l’actualité  nous rappelle à quel point les vieux réflexes peuvent avoir la peau dure et à quel point le combat entamé par Jeon n’est pas achevé. C’est en tout cas le sentiment qui doit habiter les 8 565 travailleurs de Korail, l’équivalent coréen de la SNCF, qui pour s’être mis en grève il y’a deux semaines, sont l’objet d’une procédure de licenciement.

Comme son homologue français, Korail est une entreprise publique tiraillée entre son devoir de service public et son souci de rentabilité. C’est pour répondre à ce dernier que sa direction décida de détacher l’entité qui exploitera une nouvelle ligne à grande vitesse partant d’une gare située à Suseo, au sud de Séoul, pour la confier à une société qu’elle possèdera à 41% aux côtés d’autres actionnaires, tous publics, qui détiendront les 59% restants.

Pour les représentants syndicaux, cette manœuvre constitue la première étape d’un processus visant à privatiser au moins certaines lignes ferroviaires. C’est pourquoi ils appelèrent à la grève pour tuer dans l’œuf ce projet qu’ils jugent néfaste pour les salariés autant que les passagers. Initiée depuis une semaine, l’impact de cette grève fut au début relativement limitée, mais elle affecte aujourd’hui un train à grande vitesse sur dix et un tiers du fret ferroviaire. Et elle continue de s’amplifier, avec une journée de grève organisée cette semaine par deux mille salariés du métro de Séoul, en signe de solidarité avec leurs collègues de Korail qui co-gèrent quatre de leurs lignes de métro.

Surtout, ce conflit ne risque pas de se régler par le dialogue social, vu que pour la direction de Korail, les soupçons de privatisation sont infondés. Celle-ci affirme que toute privatisation même partielle n’est à l’ordre du jour ni de son conseil d’administration, ni de l’agenda économique du gouvernement. Pour la direction de Korail, cette grève est donc purement et simplement illégale, car non fondée sur des revendications valables.

Et qui dit grève illégale, dit sanctions à l’encontre des contrevenants grévistes, ce que la direction a fait avec application : à ce jour, ce sont ainsi plus de 8 500 grévistes qui sont sous l’objet d’une procédure de licenciement. Cette décision a été annoncée par la patronne de Korail, Choi Yeon-hye lors d’une déclaration à la presse, où elle jugea utile de préciser qu’elle appliquait ces sanctions contre “ses salariés bien aimés, avec le même coeur déchiré que celui d’une mère qui doit brandir un martinet…”

Choi précisera plus tard que bien entendu, ces procédures de licenciement étaient suspensives et qu’en dehors des instigateurs de la grève, les simples grévistes pouvaient retrouver leurs postes s’ils décidaient d’arrêter la grève et de passer devant le conseil de discipline de l’entreprise qui saurait se montrer clément. Quant aux organisateurs de cette grève, la direction de Korail a déposé plainte contre 190 d’entre eux. Ces plaintes, jugées recevables par les tribunaux, permirent à la police d’effectuer une perquisition et la saisie de documents et disques durs dans les locaux du syndicat de Korail, tandis que 10 leaders syndicaux étaient l’objets de mandats d’arrêt.

Voilà donc où en est le droit de grève dans une des entreprises publiques majeures de Corée plus de 40 ans après le sacrifice de Jeon : des travailleurs infantilisés par leur patron, victimes de chantage au licenciement, et des leaders syndicaux recherchés par la police pour avoir organisé une grève jugée illégale sur des critères tout au moins flous. Et quand bien même les motifs de cette grève seraient infondés, les méthodes pour y mettre fin semblent bien loin du minimum de dialogue entre partenaires sociaux qui devrait prévaloir dans un pays reconnaissant pleinement le droit de grève.

Mais peut-être notre regard est-il biaisé par un tropisme français. Après tout, la France n’est-elle ce pas ce pays où, comme me le rappelait un ami coréen, même les footballeurs de la sélection nationale font grève en pleine coupe du monde ? La méthode de règlement de la grève par la direction de Korail est certes cynique, mais n’est-elle pas un moindre mal face aux impératifs économiques et de service aux passagers qui doivent primer? C’est en tout cas ce que semble penser l’opinion publique, dont une bonne partie reste assez indifférente au conflit social qui touche Korail et apparemment insensible au sort des grévistes, aidée en cela par la relative hostilité de la plupart des médias qui, lorsqu’ils choisissent d’en parler, penchent en général en défaveur des grévistes.

Au delà de l’opinion publique, c’est l’apparente indifférence de la jeunesse coréenne à l’actualité sociale de leur pays, qui aurait sûrement le plus déçu Jeon. Car c’est vrai que les préoccupations de nombreux étudiants sud-coréens d’aujourd’hui sont aux antipodes de celles de leurs prédécesseurs qui, jusqu’au milieu des années 90, étaient en première ligne de la lutte contre le régime autoritaire du pays, formant souvent une union sacrée avec les ouvriers dans leurs luttes pour le progrès social, et à qui la Corée démocratique d’aujourd’hui doit beaucoup.

Hasard de l’histoire: les étudiants d’aujourd’hui sont souvent les enfants de la dernière génération d’étudiants qui eurent à lutter pour la démocratie. Une génération à ce point emblématique que tout comme les Français ont leur génération 68, les Coréens ont leur génération “386”:  la génération des Coréens qui avaient la trentaine dans les années 80, nées dans les années 60, et qui ont goûté aux joies des premiers ordinateurs équipés du processeur Intel 386.

C’est cette génération qui occupe aujourd’hui la plupart des fonctions importantes de la vie politique et socio-économique du pays après lui avoir fait emprunter un tournant démocratique décisif à la fin des années 80. Et ce sont les Coréens de cette génération qui dans la vie privée, sont les parents des étudiants d’aujourd’hui, leur assurant un environnement de sécurité et d’abondance absolus et une éducation dont ils ont eux-mêmes souvent été privés.

C’est ainsi que les étudiants Coréens d’aujourd’hui sont sûrement mieux formés, plus choyés, mieux soutenus, bref mieux préparés à affronter leur avenir dans une société plus concurrentielle que celle de leurs parents mais avec des contreparties : celles de l’individualisme, d’une relative indifférence à l’actualité et au monde qui les entoure, et donc d’une apathie face aux enjeux qui autrefois, auraient mobilisé leurs parents. Car ce qui compte pour un étudiant d’aujourd’hui, c’est sa réussite personnelle matérielle et professionnelle, et celle-ci accapare toute son énergie, tout son temps, sans plus aucune disponibilité pour les causes collectives, surtout si elles peuvent nuire à son évolution personnelle.

C’est cet état d’esprit individualiste de ses camarades de classe qu’a voulu dénoncer Ju Hyun-woo, un étudiant de la Korea University. Et pour ce faire, il a décidé d’utiliser la méthode de ses illustres prédécesseurs: délaisser les réseaux sociaux prisés par les étudiants d’aujourd’hui, d’autant plus qu’ils seraient infiltrés par les services de renseignements coréens, pour coller un message sur le panneau d’affichage du campus de l’université. Celui-là même que les étudiants des années 80 utilisaient pour communiquer et se mobiliser.

안녕

Sous le titre “Est-ce que tout va bien pour vous?”, qui pourrait être interprété comme “Ca va? On ne vous dérange pas?”, Ju qui fait preuve d’un certain courage dans la mesure où ces messages virulents sont en Corée généralement émis de manière anonyme, explique dans son affiche du 10 décembre dernier, que des milliers d’employés de Korail sont sur le point d’être licenciés pour avoir simplement fait grève contre le risque de privatisation de leur entreprise. Puis dans un ton acerbe, concis et percutant, Ju enchaîne la liste des maux qui gangrènent la Corée d’aujourd’hui : malaise des campagnes, salaires de misère, disparités sociales et suicides des jeunes, etc. Et de conclure:

Ca n’est pas que nous ne sommes pas au courant des problèmes politiques et économiques, mais nous n’avons jamais été ni autorisés, encore moins incités à réfléchir par nous-mêmes ou nous exprimer sur ces sujets. Et nous nous sommes dit que nous pourrions continuer à vivre comme ça sans trop de problème.

Mais nous ne pouvons pas vivre comme ça, parce que le monde que je vous décris est celui dans lequel nous vivons. C’est pourquoi j’ai juste envie de vous demander: est-ce que tout va bien pour vous? Pas de problème particulier dans vos vies? Ca ne vous dérange pas trop d’être indifférents à ces problèmes sous prétexte qu’ils ne vous concernent pas ? Je veux juste vous demander si vous n’êtes pas en train de vous cacher derrière le prétexte : “la politique ça ne m’intéresse pas” Si jamais tout ne va pas si bien que ça, vous ne pourrez pas ne pas le crier, quel qu’en soit la raison. C’est pourquoi je demande une dernière fois: Est-ce que tout va bien pour vous? 

Il semblerait qu’en un message, Ju ait réussi à faire sortir de leurs léthargies ses amis étudiants: en quelques jours ce message, pris de nombreuses fois en photo, fit le tour des réseaux sociaux, puis déclencha une série de réponses par affiches interposées qui apparurent ça et là dans de nombreux campus des universités de Corée, dans la rue sur des pancartes tenues par leurs auteurs, dans quelques lycées même, et publiés pour la plupart sur une page Facebook créée pour l’occasion qui compte plus de 263 000 fans à ce jour.

Souvent intitulés “Non ça ne va pas” et partageant le constat de Ju, exprimant parfois un désaccord, ces messages sont rafraichissants parce qu’ils sont un dialogue grandeur nature et public sur ce que pense la jeune génération coréenne. Pour une fois, celle-ci prend la parole pour s’exprimer. La grève de Korail en a été le déclencheur, mais très vite le mouvement des affiches évoque des thèmes plus larges préoccupant les étudiants : leurs inquiétudes sur un avenir incertain dans une société de plus en plus compétitive et précaire, leurs frustrations face aux scandales politiques nombreux en Corée, et à l’incapacité des hommes politiques à répondre à leurs attentes, leur colère face aux suicides des jeunes, symptôme d’une génération surdiplômée mais malheureuse.

Les messages sont teintés de lucidité également, et leurs auteurs précisent bien qu’une affiche ne peut pas changer le monde. Certes, mais ces milliers de messages marquant l’émergence d’une conscience citoyenne d’une jeunesse jusque là silencieusement cloîtrée dans les salles d’étude, auront sûrement l’oreille attentive des dirigeants politiques.

Ces préjugés tenaces dont sont victimes les femmes coréennes

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Avec les apparences émancipées que suggèrent les mini-jupes des  femmes dans les artères de Gangnam, et le cosmopolitisme grandissant de certains quartiers de Séoul comme Itaewon ou Hongdae, il est difficile pour un étranger de passage de réaliser l’ambiance de misogynie teintée de racisme dans laquelle évolue parfois la société sud-coréenne. C’est un aperçu de ces préjugés dont sont principalement victimes les jeunes femmes, que nous offre un article du quotidien Kukmin Ilbo que je traduis ici en Français.

N’oublions pas que la Corée d’il y’a à peine un siècle était appelée Royaume Ermite, tant elle refusait toute intrusion étrangère, sûre de ses traditions confucianistes parmi lesquelles celle qui prônait que la vertu première d’une femme était l’obéissance à l’homme. Il ne faut donc pas occulter les immenses progrès accomplis par la Corée en matière d’émancipation de la femme et d’ouverture à l’étranger. Mais l’article ci-après reste inquiétant parce qu’il montre à quel point c’est avant tout une certaine élite et une certaine jeunesse éduquée de la Corée d’aujourd’hui qui sont affectées par ces réflexes rétrogrades.

Si Lee Jiseon, provinciale de 25 ans récemment recrutée à Séoul, a renoncé à emménager seule pour choisir d’habiter chez sa grand-mère, c’est en partie à cause des prix de l’immobilier mais également par crainte que plus tard, cette expérience de vie en célibataire nuise à son profil auprès des agences matrimoniales. “Parce qu’avoir vécu seule peut faire croire qu’on a eu une vie sexuelle débridée” expliquait Lee le 27 novembre dernier.

Il s’avère que les craintes de Lee sont parfaitement justifiées et que ce qui ressemblerait plus à une légende urbaine se vérifie fidèlement dans la réalité. Ainsi les agences matrimoniales ont-elles tendances à refuser ou à réclamer des frais d’inscriptions plus élevés aux candidates ayant eu l’occasion de vivre seule ou d’être allées en accord d’échange à l’étranger. Dans les universités il arrive que les étudiantes membres d’associations en contact avec les étudiants étrangers soient traitées de filles faciles et victimes d’exclusion, tandis que sur internet les médisances et préjugés de certains internautes mâles à leur sujet deviennent un phénomène de société.

Lorsque Jung, 24ans et étudiante en 4ème année de l’université de Yonsei, a dû choisir sa destination pour un séjour d’échange dans un pays anglophone, elle a écarté d’emblée l’Australie. “C’est un pays anglophone certes, mais moins coté que les États-Unis ou le Canada et surtout j’ai entendu dire que les agences matrimoniales dévaluaient les candidates ayant séjourné là-bas parce qu’elles auraient la réputation d’y avoir mené un style de vie dévergondé” explique-t-elle. L’augmentation depuis quelques années de la présence de Coréennes prostituées en Australie jouerait également un rôle dans cette réputation qui fait qu’aujourd’hui, les amies de Jung sont  également réticentes à l’idée de partir en Australie.

Notre enquête auprès de quatre agences matrimoniales de Séoul et ses environs confirment que ces trois facteurs (avoir vécu hors du foyer parental, être allé en accord d’échange en Australie et avoir été membre d’une association d’échanges avec les étudiants étrangers) font l’objet d’un malus. Selon un représentant d’une agence matrimoniale du quartier huppé de Cheongdam dont les clients doivent justifier d’un patrimoine supérieurs à 15 millions d’euros : “les parents des futurs maris souhaitent souvent que leurs futurs belles-filles n’aient jamais vécu hors de chez leurs parents, ou qu’elles n’aient simplement eu aucune expérience à l’étranger. Parce qu’ils soupçonnent que les filles dans ces cas là auront eu des relations compliquées avec les hommes.” Pour une autre agence : “les frais d’inscriptions seront plus élevés pour une fille ayant séjourné en Australie et voulant trouver un bon parti.” Dans certains cas on expliquera même directement aux filles ayant vécu seules qu’elles auront dû mal à trouver un bon parti.

Ces préjugés concernant les femmes sont marqués dès l’université. En juin dernier, une association affiliée à une université privée et composée d’étudiants bénévoles aidant à l’intégration des étrangers en accord d’échange publia une annonce de recrutement sur l’intranet du campus : en quelques instants ce fut la pagaille dans les commentaires.

“C’est pas une assoc’ où se retrouvent les filles qui veulent rencontrer des blancs?” “Mais y’a encore des gens qui soutiennent ces endroits connus pour être des lieux de débauche?” ou encore: “J’ai déjà vu une fille de cette assoc’ boire avec un blanc puis fricoter avec lui dans un lieu public,” furent parmi les commentaires qui fusèrent.

Kim, 23 ans et étudiante à l’université d’Ewha fut également tentée de rejoindre une association d’échanges avec les étudiants étrangers, avant d’y renoncer, dissuadée par ses amies des promotions supérieures. Elle avouera même: “les associations en contact avec les étrangers ont tellement la réputation d’être des lieux de dévergondage que j’ai même fini par avoir une mauvaise opinion des amies qui en étaient membres.” Choi, 25 ans et étudiant à la Korea University partage le même sentiment : “Lorsqu’une étudiante me dit qu’elle fait partie d’une association d’échanges avec les étudiants étrangers, je ne sais pas pourquoi mais j’ai l’impression qu’elle fricote avec des étrangers.” Et d’ajouter qu’il a “tendance à éviter les “dates” avec les filles qui en sont membres.”

Twittergate coréen

“Moon Jae-in s’interroge sur la contribution de Park Geun-hye à la démocratie en Corée du Sud, mais qu’est-ce qu’il a fait pour la démocratie lui ? A part nommer ses gauchistes d’amis lorsqu’il était à la Maison Bleue (ndlr: Palais Présidentiel), et affirmer que le sympathisant de la Corée du Nord Lee Suk-ki était un militant pour la démocratie?”

Voici un exemple parmi d’autres, de tweet publié à quelques semaines de l’élection présidentielle par les supporters de Park Geun-hye, contre son principal adversaire Moon Jae-in. Rien d’étonnant qu’à l’approche de cette échéance cruciale, les militants forcent le trait et l’agressivité, surtout sur Twitter, où il s’agit de rester concis et percutant. Et qui sait? L’auteur de ce tweet se dit peut-être que son activisme sur les réseaux sociaux a modestement contribué à la victoire de son camp conservateur, vu que Park Geun-hye est aujourd’hui Présidente, après une victoire d’un million de voies d’écart environ contre Moon Jae-in, le candidat de centre-gauche.

Nous serions donc tentés de tirer un coup de chapeau au zèle de notre militant, et nous lui présentons toutes nos excuses par avance s’il s’avère qu’il l’est effectivement, mais aujourd’hui, rien ne permet de l’assurer. Parce qu’en fait de militant, il pourrait s’agir d’un agent, voire d’un logiciel de la NIS, c’est à dire des services secrets sud-coréens, agissant sous les ordres de sa hiérarchie dans le cadre d’une opération visant à déstabiliser l’opposition de centre-gauche.

Des millions de tweets orchestrés par les services secrets ?

Tout débute il y’a un an, lorsqu’à l’approche de l’élection présidentielle et alors que la campagne bat son plein, des membres de l’opposition ainsi que des représentants de la Commission chargée de superviser le bon déroulement des élections, se rendent au bureau d’une agente de la NIS pour l’interroger sur des soupçons de manoeuvres électorales frauduleuses. En vain, car la fonctionnaire se calfeutrera durant 43 heures dans son bureau, refusant de recevoir la délégation et répondre à leurs questions. Attitude quelque peu suspecte, mais à trois jours des élections, l’enquête de police conclura à l’absence d’éléments probants pouvant établir une quelconque interférence de la NIS dans le bon déroulement des élections, ce qui permettra au camp de Park de dénoncer le harcèlement par l’opposition d’une honnête fonctionnaire au service de la sécurité nationale.

L’affaire rebondit après les élections, lorsqu’un fonctionnaire de police révèle que sa hiérarchie lui aurait demandé de retenir certains éléments d’enquête afin de couvrir la NIS. L’enquête est alors réouverte et les premières conclusions en juin dernier révèlent que plus d’un millier de tweets auraient bien été envoyés par la NIS dans le cadre d’une campagne de dénigrement des candidats de l’opposition. Le chef de la NIS durant les faits Won Sei-hoon, ainsi que le chef de la Police de Séoul soupçonné d’avoir fait entrave à la première enquête, sont alors mis en examen.

Won nie les faits et soutient que les publications de la NIS dans les réseaux sociaux font partie des opérations normales de cyberguerre contre la Corée du Nord. Le parti au pouvoir tente également de minimiser les faits, leur impact sur l’issue des élections et surtout de faire valoir que si elle était avérée, cette opération serait circonscrite à la NIS seule, avec éventuellement quelques liens indirects au sein de l’administration précédente, mais sans rapport aucun avec le pouvoir actuel. Bien entendu, les opposants à Park n’y croient pas un seul instant et se mobilisent sur les réseaux sociaux et dans la rue par des rassemblements organisés tous les weekends, notamment sur la place de la mairie de Séoul, tandis que la quasi-totalité des médias, dont l’allégeance au camp conservateur est un secret de polichinelle, préfère se désintéresser de cette affaire.

Le problème, c’est que cette affaire continue à prendre de l’ampleur : en octobre dernier, l’enquête révèle qu’en réalité, il ne s’agissait pas d’un millier mais de plus de 55 000 tweets provenant de la NIS et visant à décrédibiliser les candidats de l’opposition, principalement Moon Jae-in et le centriste indépendant Ahn Cheol-su. A peine l’opinion publique avait-elle le temps de digérer l’inflation qu’elle apprenait la semaine dernière, qu’il s’agissait en réalité de plus de 1,2 millions de tweets reprenant quelques 20 000 messages distincts tournant en général autour du thème de la faiblesse, voire de la sympathie des candidats de l’opposition vis-à-vis de la Corée du Nord.

Et il semble peu probable que le compteur s’arrête là vu qu’une enquête parallèle est menée au sein d’un service distinct de la NIS, rattaché au ministère de la défense: la Cyberwarfare Command, unité créée en réponse aux attaques informatiques avérées de la Corée du Nord contre son frère ennemi. D’après un procès verbal d’un responsable de ce service obtenu par un député du parti de l’opposition et révélé lors d’une conférence de presse le 22 novembre dernier, on apprend que l’objectif assigné aux équipes de cet agent à partir de 2010, aurait été la publication en ligne de 20 millions de messages soutenant la politique étrangère du gouvernement sur des sujets nord-coréens tels que les attaques de l’île de Yeonpyong-do et du navire Cheonan ou encore le sommet du G20 tenu à Séoul en 2010. Entre défendre les positions du gouvernement sur ces sujets et critiquer l’opposition qui ne partage pas toujours ces mêmes positions, la frontière semble floue, et l’on se doute que parmi les 23 millions de messages qu’auront publiés les équipes de ce responsable de la Cyberwarfare Command, certains auront enfreint la règle d’impartialité à laquelle un organe d’Etat devrait être tenu.

La Corée une nouvelle fois pionnière des usages numériques

Si partout ailleurs il a fallu la campagne d’Obama en 2008 pour réaliser l’importance des médias sociaux sur la politique, la Corée du Sud en est bien consciente depuis la fin du siècle dernier. D’abord parce qu’elle a été pionnière dans le développement et l’usage des technologies numériques : dès 1999, alors que le terme web2.0 n’était pas encore inventé, la Corée avait déjà Cyworld, un réseau social en ligne qui en 2004, au moment où Facebook se lançait à peine, comptait 7 millions de membres en Corée. Aussi parce que dans un contexte où le pluralisme de la presse est quasi-inexistant avec les principaux médias tous pieds et poings liés aux Chaebols et au camp conservateur, la toile a très vite été perçue comme un eldorado pour médias et militants progressistes. En 2002, la victoire aux élections présidentielles de leur candidat Roh Moo-hyun face à celui de l’establishment et du big business est grandement due à la mobilisation des électeurs autour de médias tels que Ohmynews, premier site au monde de journalisme participatif, et à une campagne SMS auprès des jeunes le jour de l’élection, pour qu’ils aillent voter.

Avec l’enquête judiciaire en cours, la Corée défriche une nouvelle fois les problématiques nouvelles que pose le développement des technologies et usages numériques sur l’exercice de la démocratie. Car c’est sûrement la première fois que la justice d’un pays doit se pencher aussi sérieusement, à la demande des élus et sous le regard d’une opinion publique dont une partie croissante se demande si l’expression de la volonté populaire n’a pas été déformée, sur l’impact réel que peuvent avoir les médias sociaux sur le rendez-vous le plus important de la vie démocratique d’un pays : comment un gros millions au moins de messages publiés sur les réseaux sociaux peuvent-ils avoir influé sur une élection nationale d’un pays comptant 40 millions d’électeurs et qui s’est jouée à un million de voies d’écart ? Quel sera le degré de coopération d’une entreprise privée telle que Twitter, agissant en dehors de la compétence territoriale d’une justice coréenne qui doit obtenir l’identité de millions de ses comptes utilisateurs ? Comment évaluer le préjudice que les candidats ciblés par la NIS ont subi lors des élections présidentielles mais qu’ils subiront par la suite également, vu que ces messages défavorables restent accessibles en ligne, sans qu’il soit possible de tous les supprimer ?

L’indépendance de la justice en question

Encore faudrait-il, pour que toutes ces questions soient éclaircies par la justice, que celle-ci puisse exercer librement. Or il est permis d’en douter, tant l’Histoire de la Corée du Sud a montré que s’il est une corporation au moins aussi corrompue que sa classe politique, c’est sa magistrature.

Les procureurs jouissent en Corée d’un pouvoir nettement supérieur à celui de leurs homologues français. Sûrement parce que ceux-ci sont pour la plupart passés par la “law school” de l’université nationale de Séoul, qui se trouve également être l’antichambre des futurs dirigeants politiques sud-coréens : un peu comme si en France, l’ENA et l’Ecole Nationale de la magistrature ne faisaient qu’un. Et comme cette law school, avec la business school voisine de cette même université de Séoul, sont également l’une des voies royales vers les postes de direction des Chaebols coréens, les liens d’amitiés entre futurs hommes de loi, hommes de pouvoir, et hommes d’argent, se nouent dans les amphis ou lors des pots qui les suivent, pour se transformer en liens de connivence quelques années plus tard dans l’exercice des fonctions respectives à chacun.

Ajoutez à cela le fait qu’en Corée c’est le procureur qui assume le rôle du juge d’instruction français, menant directement les enquêtes, assisté de policiers qui agissent sous son autorité directe, et vous mesurerez mieux l’étendu du pouvoir dont il dispose, d’autant qu’au regard du niveau de corruption dans la vie politique et économique coréenne, les affaires à traiter ne manquent pas.

D’où un certain sentiment de toute puissance qui par exemple, a poussé il y’a un an un procureur à abuser sexuellement d’une femme soupçonnée de vol dans son bureau. Ou cet autre procureur à accepter vers la même période quelques 600 000 EUR de pot-de-vin, suite à quoi l’un de ses confrères publia un appel à une réforme complète de la magistrature, qu’il s’empressa de compléter par un SMS à l’un de ses amis lui assurant que tout cela n’était que du pipeau destiné à apaiser un peu l’opinion publique… sauf qu’il envoya le SMS en question par mégarde à un journaliste.

Bref, la justice sera-t-elle à la hauteur des enjeux que pose ce “Twitter-gate”? La majorité fait valoir que l’évolution des événements est la preuve-même que l’enquête judiciaire suit son cours de manière indépendante et sereine. Park Geun-hye elle-même semble vouloir adopter une attitude conciliante et lors de son premier discours devant l’Assemblée Nationale le 18 novembre dernier, elle s’engage à prendre toutes les mesures punitives adéquates une fois les décisions de justice connues et demande aux parlementaires de se concentrer sur les projets de loi concernant les enjeux économiques et sociaux auxquels les Coréens sont confrontés le temps que la Justice fasse son travail. Mais l’opposition ne lâche pas prise. Elle ne croit pas à l’indépendances des hommes en charge de l’enquête et demande la nomination d’un procureur spécial en charge de l’intégralité de cette affaire.

C’est vrai qu’il y’a matière à douter : fin octobre, Yun Seok-yeol, le procureur en charge de l’enquête sur la NIS est démis de ses fonctions au motif qu’il n’aurait pas notifié à sa hiérarchie  la perquisition du domicile de quatre agents de la NIS, puis de l’arrestation de trois d’entre-eux. Or cette procédure serait obligatoire dans le cadre de l’arrestation d’agents de la NIS. Lors d’une commission parlementaire, Yun affirme pourtant qu’il aurait informé son supérieur, le procureur en chef de Séoul Cho, de son intention de procéder à ces perquisitions, mais que ce dernier, confronté aux pressions du ministère de la Justice aurait tenté de l’en dissuader. Cho dément bien entendu, affirmant que Yun aurait fait preuve d’insubordination se traduisant par un vice de procédure.

Capture d’écran 2013-11-27 à 23.48.58

Tout ceci se déroule alors qu’un nouveau procureur général vient d’être nommé par Park Geun-hye, alors que ce poste était resté vacant depuis le 30 septembre, suite à la démission du prédécesseur Chae Dong-wook. Ce dernier avait été l’objet d’une rumeur révélée au grand public par le quotidien conservateur Chosun, selon laquelle il serait le père d’un fils issu d’une relation extra-conjugale. La rumeur reste à confirmer mais le sujet est suffisamment grave dans le contexte très puritain imposé par le confucianisme coréen pour qu’il accule Chae à la démission. Bien sûr certaines mauvaises langues interprètent ce scoop du Chosun comme l’orchestration de quelques représailles politiques ou règlements de compte suite au zèle qu’aurait manifesté Chae dans le cadre de l’enquête sur la NIS.

Son remplaçant Kim Jin-tae n’est pas un incompétent, loin de là : il est connu pour avoir mené à bien des enquêtes judiciaires difficiles et fortement médiatisées, portant notamment sur des hommes politiques de haut rang et de tous bords. Mais pour l’opposition, les liens de Kim Jin-tae avec le directeur de cabinet de la Présidente nuisent à la garantie de son indépendance. Les deux hommes s’étaient en effet connu au début des années 90, lorsque Kim était jeune procureur travaillant sous l’autorité de l’actuel directeur de cabinet qui était à l’époque Ministre de la Justice. Epoque où la Corée du Sud était dirigée par Roh Tae-woo, ancien militaire fraîchement converti aux vertus de la démocratie et qui quelques années auparavant, prenait allègrement part aux répressions des militants pour la démocratie, sous prétexte qu’ils étaient des sympathisants de la Corée du Nord. Comme quoi, si les technologies progressent, les vieilles rhétoriques ont la dent dure.

Vers un modèle coréen agricole durable et équitable

DSC_6521

Christine Ahn est une chercheuse, chroniqueuse, militante en matière de politique internationale, d’environnement et de condition féminine. Dans un article paru le 9 novembre dernier ici, co-écrit avec Anders Riel Müller, chercheur à l’université de Roskilde au Danemark, et qu’elle a gentiment accepté que je reproduise en Français sur ce blog, elle nous raconte comment les agriculteurs coréens en voie disparition, tentent d’inventer un nouveau modèle durable, bénéfique à la survie de leur activité, mais également à l’environnement et à la santé des consommateurs. Modèle dont les autres pays seraient bien avisés de s’inspirer.

Séoul : c’est sûrement cette métropole bouillonnante, dynamique et hyper connectée, que le monde connaît avant tout de la Corée. Aujourd’hui 15ème puissance économique mondiale, l’économie du pays est portée par les exportations d’entreprises telles que Samsung, Hyundai, LG et Daewoo. Ces Chaebols détiennent des parts de marché importantes au niveau mondial: 37% du marché des téléviseurs LCD, 33% de celui des téléphones portables, et 9% de celui de l’automobile. L’expression  “Nation Chaebol” est une description pertinente de l’économie coréenne : les 30 premiers Chaebols représentent 82% des exportations du pays.

Difficile d’imaginer qu’il y’a deux générations, l’agriculture était le moteur de l’économie. Durant les années 70, les agriculteurs représentaient la moitié de la population alors qu’aujourd’hui, ils n’en représentent plus que 6,2%. Cette transformation rapide de la Corée du Sud d’une économie agraire à une économie hautement industrialisée n’est pas due au hasard ; elle fut le résultat d’une politique de libéralisation commerciale et de développement planifié par un gouvernement qui, à partir du début des années 80, considéra l’agriculture comme un secteur du passé et non de l’avenir de la Corée.

L’un des principaux coups de boutoir à l’agriculture coréenne fut porté en 1994, lorsque la Corée du Sud adhéra à l’Accord sur l’agriculture de l’OMC, qui forçait de facto les gouvernements à supprimer leurs barrières douanières et tarifaires alors que dans le même temps, les puissances agricoles exportatrices telles que les Etats-Unis ou l’Union Européenne continuaient à subventionner leurs agriculteurs à coups de milliards de dollars. Conséquences de cette libéralisation: la Corée ne subvient qu’à 20% de ses besoins en céréales, alors qu’elle était autosuffisante à 70% dans les années 70.

Tandis que les Chaebols et les politiques sud-coréens obtenaient ce qu’ils souhaitaient, les petits agriculteurs, c’est à dire la majorité du secteur agricole coréen, étaient voués à disparaître sous le coup d’une logique selon laquelle ils manquaient de compétitivité dans un marché mondialisé, et qu’il serait beaucoup plus efficace pour la Corée de continuer à importer des produits agricoles bon marchés de pays moins développés, y compris en acquérant des terres en Afrique, ou en Asie du Sud-Est.

Et pourtant, malgré une série de mesures politiques nationales et internationales visant à les éradiquer systématiquement, les agriculteurs et paysans sud-coréens continuent de résister. Ils ont combattu l’OMC et les accords de libre-échanges bilatéraux durant les deux dernières décennies, servant de modèles aux paysans fermiers des pays du Sud dans leurs mobilisations contre les régimes de libre-échanges. En Corée, ils tentent de créer un mouvement de souveraineté alimentaire qui serait écologiquement durable, socialement équitable, et économiquement résilient, grâce à la fabrication de produits alimentaires sains, à la création de conditions de vie rurale dignes, et à la revitalisation des villages d’agriculteurs.

Au lieu d’être aveuglés par le bling bling high-tech de la Corée du Sud, nos regards devraient se tourner vers son mouvement de souveraineté alimentaire. Il nous offre une alternative solide au système alimentaire ultra-concentré, industrialisé, vorace en énergie, dépendant en produits chimiques et mondialisé, qui domine notre quotidien.

En août dernier, nous étions co-organisateurs et participants du Food First Food Sovereignty Tour au cours duquel nous avons pu visiter quelques exploitations agricoles biologiques et quelques coopératives d’agriculteurs – consommateurs progressistes à la pointe en Corée du Sud. Le pays est aujourd’hui  leader en matière de production en agriculture biologique au point que la Fédération International des Mouvements d’Agriculture Biologique a établi ses bureaux ici. Et bien que de nombreuses initiatives sont dignes d’être saluées, deux organisations attirèrent particulièrement notre attention : la Korean Women Peasants Association (KWPA) et Hansalim.

Korean Women Peasants Association

“Le système capitaliste vend la nourriture comme une marchandise et non comme un bien censé vous renforcer”, nous explique KIM Jeon-Yeol de “My Sister’s Garden”, un projet de la KWPA. “C’est pourquoi nous pensons qu’aider les agriculteurs à prospérer est le seul moyen de régler cette crise alimentaire, et le moyen pour y parvenir est de permettre aux consommateurs et à chaque citoyen de nous rejoindre dans cette démarche.”

Nous avons visité My Sister’s Garden situé dans le petit village de Bongang où 14 femmes paysannes proposent un “Gerubi” hebdomadaire, sorte de panier de produits cultivés et distribués en coopérative comprenant des produits frais en agriculture biologique et des produits conditionnés tels que du radis assaisonné et du jus de poire. la KWPA opère 26 communautés d’agriculteurs ruraux dans tout le pays. Le jour de notre visite, la communauté préparait l’envoi de 141 paniers à un centre de distribution pour enfants “Bluebird Children Center” situé en ville, où leurs parents pourront venir récupérer leurs paniers. “Aujourd’hui, les enfants n’ont plus de lien avec la campagne” explique Jeon-Yeol, “à la différence des générations précédentes, beaucoup d’enfants aujourd’hui n’ont plus ni grand-parent, ni famille vivant à la campagne, avec un lien quel qu’il soit avec l’agriculture. C’est pourquoi notre partenariat tente notamment d’exposer les enfants au processus de fabrication des produits alimentaires.”

D’après Jeong-Yeol, My Sister’s Garden a démarré la culture de ses parcelles en réponse à l’impact dévastateur de la libéralisation des échanges agricoles sur l’économie rurale. Elle explique qu'”en à peine 10ans, 10% des agriculteurs ont rejoint la ville ici en Corée.” La raison? Le système alimentaire mondialisé. “Nous pensons que la solution à la crise est de nous concentrer sur les petits agriculteurs et de leur offrir de solides bases pour que chacun d’eux puisse survivre.” Chaque agriculteur est en charge des besoins de 15 ménages, lui assurant un revenu mensuel de 1,5 millions de wons, soit 1000 euros. Lorsque de nouveaux ménages deviennent membres, ils favorisent la mise en culture de nouvelles parcelles, permettant à davantage de femmes paysans d’obtenir un revenu digne.

L’objectif n’est pas la maximisation du profit ; c’est avant tout le partage entre les agriculteurs et les consommateurs qui est au centre de la philosophie du projet. Leurs membres tentent de rassembler le maximum de gens possible au sein d’un système économiquement viable et socialement juste afin d’inverser le déclin des communautés rurales. Bien qu’elles soient en majorité dans l’agriculture, les femmes paysannes souffrent d’inégalité des droits et des chances, ce qui fait d’un projet tel que My Sister’s Garden un espace d’autant plus important pour l’autonomie des femmes paysannes et leurs capacités à prendre les décisions concernant tous les aspects de la production et de la distribution.

A quelques kilomètres de Bongang, dans le village de Uiseong, les membres de la KWPA ont démarré une culture de graines indigènes afin de les préserver des rachats par les multinationales. HAN Jung-Mee, cultivatrice, de prunes, de haricots mungo, de riz et d’ail et membre de la KWPA se lamente :”Beaucoup de graines indigènes coréennes ont été rachetées ou récupérée par Monsanto ou Syngenta. Il n’y a plus d’entreprises coréennes de culture de graines indigènes.”

“Nous cultivons toutes des variétés différentes” précise KIM Jeong-mi, présidente des Protecteur des Graines Indigènes de Uiseong, “parce que nous ne pourrions pas individuellement nous occuper de toutes les graines, chaque membre est responsable de la culture et la préservation d’un certain nombre de cultures.” Les membres distribuent également des graines à des paysans à bas revenu qui n’auraient pas les moyens de les acheter. “Nous ne faisons pas que préserver les graines” précise Jeong-mi, “nous établissons un traçage, un suivi et un partage des graines entre les agriculteurs, puis nous les vendons au niveau national afin d’augmenter la consommation de produits agricoles locaux.”

L’objectif de ces projets de la KWPA est de transformer radicalement la structure du système alimentaire coréen, et de “dé-mercantiliser” le lien entre consommateurs et producteurs. Cet effort ne fut pas en vain. En 2012, la KWPA fut récompensé de la Food Sovereignty Price pour son travail de défense des droits des agricultrices de petites exploitations en Corée et de préservation de l’héritage culturel des graines coréennes indigènes.

Hansalim

photo (5)

En 1986, avant même que les marchés ou les paniers de producteurs ne se popularisent en occident, les agriculteurs et consommateurs coréens créaient Hansalim. “Han” en Coréen signifie “grand”, “un”, “entier”, ou encore “ensemble”, et fait référence à toute chose dotée de vie sur Terre. “Salim” fait référence aux activités ménagères nécessaires pour la bonne marche du foyer, de la famille, des enfants, de la communauté, ainsi que pour le renouvellement et la naissance de la vie.

Avec 2000 producteurs et 380 000 consommateurs membres, Hansalim fait partie des plus grandes coopératives agricoles au monde en terme de taille et de réussite, permettant une économie parallèle soutenant les producteurs en agriculture biologique et locale, et proposant par la même des produits sains et respectueux de l’environnement. Malgré la crise financière mondiale, les ventes de Hansalim ont progressé de 20% tous les ans.

“A l’époque, les agriculteurs se sont rendus compte qu’il allaient avoir besoin du concours des consommateurs de la ville”, explique PARK Woon-seok, un agriculteur membre de Hansalim. “Hansalim fut crée avec cette vision que les consommateurs et le producteurs pouvaient créer un mouvement dépassant la simple transaction commerciale, et tendre vers une compréhension mutuelle des conditions de chacun.”

Chez Hansalim, producteurs et consommateurs se réunissent tous les ans afin de décider quoi produire, en quelles quantités, et de délibérer sur les prix pour l’année suivante. La coordination à une telle échelle, couvrant la production, le prix, la récolte, la distribution et le conditionnement, est pour le moins qu’on puisse dire, remarquable.

Celle-ci a en tout cas profondément impressionné un agriculteur bio américain : David Retsky, de Country Line Harvest, dont les agriculteurs de Hansalim a fait réfléchir, “je viens de Californie, où j’essaie juste de faire marcher mon exploitation. Je suis en concurrence avec les autres exploitations, et de voir autant de producteurs en collectivité, c’est impressionnant de réaliser que cela fonctionne plutôt bien.” Afin de manifester davantage leur engagement au soutien des agriculteurs de Hansalim, les consommateurs ont établi un fonds de stabilisation des produits en cas de mauvaise récolte provoquée par des causes aussi multiples que la hausse du coût de l’énergie ou le réchauffement climatique. A la différence de nombreux agriculteurs qui ont dû jeter l’éponge ces dernières années, en raison de conditions climatiques extrêmes ayant entraîné de mauvaises récoltes, ce fonds a été une bouée de sauvetage pour les agriculteurs de Hansalim qui ont pu garder leurs exploitations.

Les agriculteurs de Hansalim sont conscients que le réchauffement climatique pose un challenge à la viabilité de l’agriculture en Corée. “C’est pourquoi nous n’exploitons que des produits locaux” explique Woon-seok, parce que “consommer des produits Hansalim est un moyen de combattre le changement climatique.” Pour autant Hansalim n’exclut pas les agriculteurs non bio de la coopérative. Tout en encourageant la production bio, la proximité reste le facteur le plus important en raison du coût écologique élevé du transport longue distance et souvent avec réfrigération des marchandises. Hansalim exploite également la seule usine à bétail utilisant exclusivement de la nourriture pour bétail fournie par les agriculteurs locaux. A la différence de la majorité des exploitations de bétail, celle de Hansalim est ainsi indépendante des importations de nourriture qui représente la majorité des importations de céréales en Corée.

Hansalim informe également ses consommateurs sur les bénéfices pour l’environnement de la production alimentaire locale. Sur chaque produit figure l’économie en distance et en carbone réalisée en consommant celui-ci plutôt qu’un produit importé. Et pour que ce chiffre soit parlant, il est traduit en nombre d’heures d’électricité consommés par une télévision  ou une ampoule fluorescente allumée.

Remplacer la concurrence par le partage

La KWPA et Hansalim sont des réponses à une politique gouvernementale ayant libéralisé l’agriculture coréenne et ses cultures au profit de l’expansion commerciale à export de ses Chaebols. Et ceci ne fait que commencer.

La Corée du Sud a signé 9 accords bilatéraux de libre-échanges, tandis que 12 sont en cours de discussion, dont un accord trilatéral avec la Chine et le Japon. L’accord le plus significatif est le KORUS FTA, signé avec les Etats-Unis malgré des manifestations massives en Corée du Sud en 2011.D’après HAN Doo-gong et KIM Kyung-min de la Korea University, la perte en valeur de production de l’agriculture coréenne s’élèverait à 626 millions de dollars (465 millions d’euros), tandis que 45% des agriculteurs seront déplacés sous l’effet des accords de libre-échanges avec les Etats-Unis.

Durant les dernières semaines, la Corée du Sud a également manifesté un intérêt pour rejoindre le Trans Pacific Partnership, qui constitue le projet d’accord de libre-échanges le plus ambitieux que le monde ait jamais connu et qui représenterait 40% de l’économie mondiale. Si Séoul décide de le rejoindre, la Corée serait la 4ème économie en taille de ce pacte après les Etats-Unis, le Japon et l’Australie.

Ces accords de libre-échanges sont invoqués comme un moyen de renforcer la demande en produits high-tech qui constituent le coeur de l’économie sud-coréenne orientée à l’exportation, et à ce titre, l’agriculture coréenne doit s’adapter ou mourir.

Pourtant, la KWPA et Hansalim démontrent que que la concurrence n’est ni inévitable, ni nécessaire, ni l’unique voie de progrès. Plus d’un million de foyers sont aujourd’hui membres de coopératives telles que Hansalim, prouvant la viabilité et l’intérêt croissant pour un système alimentaire alternatif. Par la mise en valeur du concept de partage et de la notion que “les producteurs et les consommateurs ne font qu’un,” ces coopératives ont montré qu’une autre économie était possible.

Le destin des campagnes sud-coréenne reste incertain, mais si l’Histoire nous enseigne quelque chose c’est que les paysans coréens savent endurer et résister. Lors de la légendaire rébellion de Donghak en 1894, les paysans fermiers se soulevèrent avec leurs lances de bambou contre le roi de Chosun qui levait de lourds impôts afin de développer l’industrie coréenne et de renforcer le pouvoir monarchique contre les envahisseurs étrangers tels que la Chine, le Japon, la Russie et les Etats-Unis. Les paysans étaient motivés par une philosophie qui dans son fondement, prônait l’égalité entre les hommes, une notion radicale en ces temps de féodalisme. La rébellion fut écrasée avec l’aide des Japonais, mais l’idée que tous les hommes sont égaux et que tous les êtres vivants ne font qu’un subsista, et continue d’inspirer les mouvements sociaux d’aujourd’hui.

Selon la tradition populaire coréenne, le haricot mungo, nokdu, symbolise l’esprit résilient du paysan coréen. Même dans les conditions les plus extrêmes, le Nokdu grandit et se développe afin de nourrir les affamés. Confrontés aux politiques nationales et internationales qui ont systématiquement miné leurs conditions de vie et endommagé leurs campagnes, les paysans et agriculteurs coréens continuent de grandir, de se développer et d’inspirer les Coréens et autres Citoyens du Monde en montrant qu’une autre économie et qu’un autre système alimentaire peut prospérer, même dans les conditions extrêmes imposées par le régime de libre-échanges favorable aux multinationales.